Jean-Marie Heydt présente son livre "Mohammed VI, la vision d' un Roi: actions et ambitions"


Libé
Jeudi 28 Octobre 2021

Jean-Marie Heydt présente son livre "Mohammed VI, la vision d' un Roi: actions et ambitions"
L'universitaire et écrivain franco-suisse Jean-Marie Heydt, a présenté, mercredi à Dakhla, son livre intitulé: "Mohammed VI, la vision d'un Roi: actions et ambitions".

Présenté dans le cadre de la conférence inaugurale de l'Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG), à l'occasion du démarrage de l’année universitaire 2021-2022, sous le thème: "Sahara marocain : liens avec l’Afrique’’, ce livre met l’accent sur la dynamique de changement enclenchée dans différents domaines sous l’impulsion de S.M le Roi Mohammed VI, depuis Son accession au Trône, mettant en avant le rôle du Maroc en tant que leader régional et sa relation avec l’Afrique.

Ce livre de 181 pages se décline en 8 chapitres, à savoir "les réformes sociales", "la régionalisation avancée", "le préalable au statut avancé", "la phase opérationnelle", "les réalisations économiques", "les grands chantiers" et "le Maroc et son environnement international".

M. Heydt, qui est également membre du Conseil scientifique de l’Observatoire d’études géopolitiques et président d’honneur de la Conférence des Organisations internationales non gouvernementales du Conseil de l’Europe, a partagé avec l’auditoire les axes traités dans son livre et qui traduisent le regard qu’il porte sur le Maroc d’aujourd’hui, notamment les différents projets et réformes d’ordre politique, économique et social, plaçant "l’humain' au cœur des priorités.

Dans son ouvrage, il a mis en exergue la nouvelle politique du Maroc dans le domaine migratoire qui est de nature à renforcer son rôle d’interlocuteur privilégié entre le Nord et le Sud, rappelant que pas moins d'un millier de conventions bilatérales entre le Maroc et les pays africains ont été signées dans des domaines variés.

S’exprimant lors de la conférence inaugurale, M. Heydt a mis en relief cette politique Sud-Sud qui permet aujourd'hui au Maroc d'affirmer son africanité, tout en marquant un développement exceptionnel avec les pays européens, comme en atteste son Statut avancé reconnu en 2008 par l'Union européenne, et le Partenariat de voisinage immédiat approuvé en 2011 par le Comité des ministres du Conseil de l'Europe.

Pour l’universitaire franco-suisse, le Maroc a su ainsi durant ces deux dernières décennies, réaliser une métamorphose généralisée sans pour autant perdre ses valeurs, et ce grâce à la vision modernisatrice de son Souverain. Cette modernité lui vaut aujourd’hui d’être le pont de ce grand lac intérieur qui est au milieu des terres, a-t-il poursuivi.
 
 

Bouillon de culture

Poésie
 
La famille du poète disparu Mohamed Toubi a fait dernièrement don du legs culturel du défunt aux Archives du Maroc, indique mercredi un communiqué de l'institution bénéficiaire.
Ce don constitué, entre autres, de recueils, un film documentaire, des bandes sonores, des calligraphies ou encore des correspondances avec des écrivains et des poètes, est une "manière d'enrichir la mémoire collective, vocation première des Archives du Maroc'', souligne la même source, précisant que cette collection offerte a été rassemblée à l'initiative des chercheurs Alaâ Eddine Khiati et Saïd Boutabssil.

A la réception de ce don, les Archives du Maroc ont exprimé leurs remerciements aux ayants droit du poète disparu, leur assurant qu'elle s'engage à conserver cet héritage culturel et à le mettre à la disposition des chercheurs et du grand public.

Mohamed Toubi (1955-2004) est l'auteur de nombreux recueils et autres publications, entre autres, ''Sayidat Atatriz Bilyacout'' (La brodeuse au saphir) et ''Ayqonatou Achiir Al Arabi'' (L'icône de la poésie arabe).
 
Festival
 
 Le répertoire musical marocain en partage durant 4 soirées inoubliables avec 10 stars marocaines, 14 jeunes talents, 40 musiciens et plus de 1,2 million de spectateurs sur les réseaux sociaux Wecasabanca à l’occasion de la célébration du 5ème anniversaire de la marque.

Organisé par Casablanca Events et animation, ce festival qui arrive à point nommé pour souffler comme un vent de retour à la normale tant attendu par les artistes, les professionnels du secteur de l’évènementiel et le public, a séduit plus de 1,2 million de spectateurs qui, mesures sanitaires obligent, ont suivi les concerts sur les réseaux sociaux Wecasablanca, indique un communiqué de Wecasablanca.

C’est avec le sourire triomphant et ému d’Achraf Bricha, grand vainqueur de la compétition Studlive, que le Wecasablanca festival s’est clôturé dimanche, 24 octobre 2021, précise la même source, ajoutant que durant 4 fabuleuses soirées, ce festival musical haut en couleur a parcouru le riche répertoire musical marocain avec quelques-unes des plus belles voix contemporaines.

La soirée mettant à l’honneur l’Aîta, le samedi 23 octobre, a battu tous les records avec plus de 450.000 personnes qui ont visionné ce concert inédit que plus de 250.000 internautes ont soutenu avec des likes, des messages d’encouragement et des applaudissements virtuels pour les artistes et les organisateurs, témoignant ainsi de leur joie de retrouver leurs idoles sur scène…même à distance.

La campagne digitale menée sur les réseaux sociaux Wecasablanca (Facebook, YouTube, Instagram) et le portail www.wecasablanca.com a ainsi permis de toucher plus de 4 millions de personnes à travers des publications, des stories, des vidéos et des lives mettant à l’honneur le patrimoine musical marocain, poursuit le communiqué.


Lu 450 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 29 Novembre 2021 - 10:43 Une fin en apothéose

Lundi 29 Novembre 2021 - 10:41 Tiznit célèbre le théâtre amazigh