Jacques Delors L'Européen et l'iconoclaste


Libé
Dimanche 31 Décembre 2023

Inclassable et iconoclaste, le Français Jacques Delors, mort mercredi à l'âge de 98 ans, s'est souvent situé à contre-courant dans la vie politique française et restera avant tout l'homme de la construction européenne à laquelle il était profondément attaché.
Sa carrière avait marqué le pas lorsqu'il avait quitté la présidence de la Commission européenne, en janvier 1995.
Je n'ai jamais organisé ma vie en fonction d'une carrière à réaliser 
Un mois plus tôt, ce père du marché unique et de l'euro avait douché les espoirs de la gauche en refusant de se présenter à l'élection présidentielle française, malgré des sondages flatteurs, convaincu qu'il ne disposerait pas d'une majorité pour mener les réformes qu'il jugeait indispensables.

"Je n'ai jamais organisé ma vie en fonction d'une carrière à réaliser", affirmait-il dans ses Mémoires.
Ce syndicaliste pétri de catholicisme social est appelé par le socialiste François Mitterrand, élu président en 1981, qui lui confie d'abord le poste de ministre de l'Economie (jusqu'en 1984), mandat pendant lequel il imposa le "tournant de la rigueur" et défendit - avec succès - le maintien de la France dans le système monétaire européen, prélude à l'euro.

A la tête des finances publiques, il parvient à redresser les comptes de l'Etat et, grâce à un plan de rigueur inédit, évite à la France de plonger dans l'inflation. Delors assume un austère "langage de vérité".
Pressenti pour devenir Premier ministre en 1984, il conditionne cela au maintien de ses attributions de ministre de l'Economie. Un caprice, juge François Mitterrand, qui lui préfère un autre. "Il restera pour son rôle à la tête de la Commission européenne, mais en politique: zéro", lâchera quelques années plus tard Mitterrand.

Car c'est à Bruxelles que Jacques Delors acquiert une stature historique.
Nommé en 1985 président de la Commission européenne avec l'adoubement de Mitterrand et du chancelier allemand Helmut Kohl, ce boulimique de travail, qui avait déjà été eurodéputé entre 1979 et 1981, est reconnu comme l'homme providentiel.

Son action et sa vision du continent comme une "fédération d'Etats-nations" lui valent d'être comparé aux pères fondateurs de l'Europe d'après-guerre.
En 2015, il avait été fait "Citoyen d'honneur de l'Europe", distinction dont seuls Jean Monnet et Helmut Kohl furent également honorés.

Sous sa présidence, avec l'impulsion du tandem franco-allemand, l'homme qui rassurait les marchés lance le chantier de l'Union économique et monétaire qui aboutira à la création de la monnaie unique. Passionné par les questions d'éducation, il conçoit le programme étudiant Erasmus.

Son caractère rugueux mais habile lui apporte le respect de tous les dirigeants, y compris les Britanniques Margaret Thatcher et John Major, avec qui les rapports étaient pourtant exécrables, Jacques Delors incarnant à leurs yeux la "bureaucratie" bruxelloise empiétant sur la souveraineté nationale.

Jacques Delors avait-il jamais songé succéder à François Mitterrand? A l'automne 1994, les sondages l'avaient fait à sa place, le donnant vainqueur de la bataille présidentielle française qui doit se tenir le printemps suivant. Son spectaculaire renoncement en direct à la télévision devant quelque 13 millions de téléspectateurs marque la fin de ses responsabilités politiques de premier plan, cinquante ans après ses premiers engagements.

Il est né à Paris le 20 juillet 1925 dans un milieu simple: son père, mutilé de la guerre de 1914 à 90%, est encaisseur à la Banque de France.

Après la Libération de Paris, Jacques Delors, passionné de jazz et de films rêve de journalisme et de cinéma. Mais l'obéissance paternelle le pousse vers la Banque de France, qu'il intègre muni d'une simple licence en sciences économiques.
Très vite, il adhère à la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) puis participe à la déconfessionnalisation du syndicat, qui donne naissance à la CFDT.

Il avait attendu 1974 et l'âge de 49 ans pour s'encarter au parti socialiste avec l'espoir d'"être utile". Deux ans plus tôt, il était encore conseiller du Premier ministre gaulliste Jacques Chaban-Delmas.
L'homme à l'allure modeste et aux yeux bleus, épouse en 1948 une collègue qui partage ses convictions syndicales et religieuses, Marie Lephaille, décédée en 2020.

"Le constat des injustices et ma foi chrétienne m'ont amené à militer", expliquait-il, en soulignant pour autant qu'il ne "portait pas son catholicisme en bandoulière".
A partir de la moitié des années 90, c'est presque en simple militant que Jacques Delors avait poursuivi ses combats.
Avec ses centres de réflexion, il plaide jusqu'au bout pour un renforcement du fédéralisme européen et appelle à davantage d'"audace" à l'heure du Brexit et des attaques de "populistes de tout acabit".

+Très pudique, il avait su préserver sa vie privée endeuillée en 1982 par le décès de son fils, Jean-Paul.
Il avait apporté son soutien à sa fille Martine Aubry (actuelle maire de la ville de Lille et ex-ministre) lors de la primaire du parti socialiste en vue de la présidentielle de 2012. "Elle a quelque chose de plus que moi, avait-il confié magnanime. Sa générosité est sans limite".


Lu 1335 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.










services