Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jacob Zuma n'est pas éligible comme candidat aux élections de 2024


Libé
Vendredi 26 Janvier 2024

L'ex-Président sud-africain, Jacob Zuma, ne remplit pas les conditions requises pour s'inscrire comme candidat aux élections générales de cette année, a révélé jeudi la Commission électorale indépendante (CEI).

S'exprimant lors d’un point de presse, la présidente de la Commission, Janet Love, a déclaré que la CEI était liée par la loi et la Constitution en ce qui concerne les personnes éligibles à des fonctions politiques.

Cela exclut toute personne ayant reçu une peine qui n'a fait l'objet d'aucun sursis, et en ce sens, les lois du pays feraient obstacle à cette candidature", a-t-elle expliqué.
L’ancien Président sud-africain a été reconnu coupable d’outrage au tribunal en 2021 pour son refus de témoigner devant la Commission judiciaire de lutte contre la capture de l’Etat. Il a ainsi été condamné à une peine de 15 mois.
Après avoir été libéré pour raison médicale, Zuma (81 ans) a bénéficié l'année dernière d'une remise de peine.

Le mois dernier, Zuma avait créé le nouveau parti «Umkhonto weSizwe» (MK) avant les élections générales de 2024, car, dit-il, "le Congrès National Africain (ANC au pouvoir) s’est éloigné de ses valeurs fondamentales".
L'ancien président est en campagne électorale pour le nouveau parti MK , considéré par beaucoup comme une faction dissidente de l'ANC.

Mais depuis qu’il est devenu le visage de son nouveau parti politique et qu’il a commencé à faire campagne vigoureusement en sa faveur, nombreux sont ceux qui ont fait remarquer à ses partisans que ses démêlés avec la justice le mettaient hors de combat pour reprendre des fonctions politiques.

Jacob Zuma fait face actuellement à 16 chefs d'accusation de fraude, de corruption et de racket concernant un contrat d'achat d'avions de chasse, de patrouilleurs et de matériel militaire de 4,2 milliards d’euros. Le fabricant d'armes Thales a également été inculpé après des allégations de paiement d'un pot-de-vin de 4 millions de Rands (près de 235.000 euros) à Zuma.

Depuis la fondation de la République en 1961, le chef de l'Etat est élu par les membres du Parlement. De 1984 à 1994, il était élu par un collège électoral composé de membres du parti majoritaire dans chacune des chambres du Parlement. Mais depuis 1994, le Président est élu par les membres de l'Assemblée nationale.


Lu 724 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p