Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Intervenant dans le cadre de l’émission «Sans langue de bois» de Med-Radio

Driss Lachguar : Nous avons deux grands projets à mener à bon port, à savoir la réconciliation et les échéances de 2021




Sans circonlocutions ni langue de bois, le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a déconstruit les stéréotypes véhiculés à propos du parti de la Rose et démenti toutes les informations qui ont été relayées par certains médias à propos du dernier remaniement ministériel.
« Tout ce qui a été écrit à ce sujet est pur mensonge », a martelé le dirigeant ittihadi lors de son passage samedi dernier dans l’émission « Sans langue de bois » diffusée sur Med-Radio et animée par le journaliste Radouane Ramdani.
Il a également souligné que le seul dirigeant politique qui était en contact permanent avec l’opinion publique, c’était lui. « Après le remaniement ministériel, j’ai été le seul dirigeant à avoir décliné sa vision le concernant et j’ai appelé à la réduction de la voilure de ce gouvernement sur les plans politique et numérique. Mais les médias n’ont pas pris les choses au sérieux. J’ai tenu des réunions avec les secrétaires des régions et des provinces du parti et j’ai mis le Bureau politique au courant des négociations avec le chef du gouvernement à propos dudit  remaniement et tous les membres de ce Bureau m’ont délégué à l’unanimité la mission de gérer ces négociations », a affirmé Driss Lachguar. Et d’ajouter : « Quand un journaliste d’une chaîne nationale m’a posé la question sur ces faits, je lui ai répondu que je suis prêt à soutenir ce gouvernement même si l’USFP n’obtient qu’un seul portefeuille ministériel ou s’il n’en obtient aucun ».
Il a aussi révélé que quelques membres du Bureau politique ont proposé son nom au poste de  ministre, mais « j’ai refusé et je leur ai dit que, pour le moment, l’intérêt du parti exige que je ne sois pas ministre parce que nous avons deux grands projets à mener à bon port, à savoir ceux de la réconciliation et des échéances de 2021 », affirmant qu’il a «présenté une liste écrite de  propositions au chef du gouvernement ».
Driss Lachguar a également  souligné que l’appel à l’ouverture et à la réconciliation qu’il a lancé vise essentiellement à ce que l’USFP recouvre sa force d’antan, affirmant que le parti a besoin aujourd’hui de tous ses dirigeants et de ses symboles. « Que ces dirigeants soient en désaccord avec moi, c’est tout à fait normal et logique, mais ce que je ne peux concevoir, c’est qu’ils soient en désaccord avec leur parti. Celui-ci leur ouvre aujourd’hui ses bras et leur demande de travailler ensemble », a-t-il affirmé, en précisant que « la vraie lutte doit être menée dans l’institution partisane à tous les niveaux, politique, syndical et médiatique».
Concernant la volonté de discréditer l’action partisane et politique par certains milieux, il a appelé à s’abstenir de prétendre que les compétences ne se trouvent pas au sein des partis politiques. «Arrêtons de discréditer l’action partisane et politique, arrêtons d’induire l’opinion publique en erreur en prétendant que les compétences se trouvent hors des partis, car cela aura un impact sur l’avenir du pays », a-t-il mis en garde, avant de préciser que le diplôme n’est pas synonyme de compétence, mais que celle-ci consiste à avoir une vision et à avoir de l’audace dans la prise de décision.
Driss Lachguar a également rappelé que le parti de la Rose avait toujours appelé à œuvrer pour améliorer la situation sociale des Marocains en matière de couverture médicale, de retraite etc.
Il a, par ailleurs, souligné que l’USFP était le premier parti politique marocain à défendre les libertés individuelles et que certains extrémistes l’avaient personnellement apostasié et excommunié et lancé des attaques contre le parti des forces populaires. « Vous vous rappelez qu’à l’époque une partie de la gauche est restée muette », a-t-il affirmé en indiquant qu’il avait « appelé à la constitution d’un front pour la modernité et pour le progrès ».
Il convient de préciser que Driss Lachguar est le premier dirigeant d’un parti politique à avoir accepté l’invitation de l’émission « Sans langue de bois » diffusée sur Med-Radio.  

Mourad Tabet
Mardi 29 Octobre 2019

Lu 1413 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com