Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Une application pour éviter les poursuites




Insolite : Une application pour éviter les poursuites
Pour se faire pardonner des infractions à la loi sur le littoral lors de son mariage extravagant en 2013, un milliardaire ayant fait fortune dans les nouvelles technologies a conçu une application gratuite dévoilée jeudi par les autorités de Californie (ouest).
Baptisée "YourCoast", cette application permet de trouver les plages publiques, les terrains de camping, les chemins de randonnées et les lieux de stationnement sur quelque 2.000 kilomètres de côtes.
"C'est un mal pour un bien", se réjouit Lisa Haage, responsable de la Commission du littoral de Californie, "nous avons conclu un accord créatif avec un partenaire d'une grande compétence".
La création de cette application faisait partie de l'accord conclu par Sean Parker, co-fondateur du réseau d'échanges de musique Napster et ancien président de Facebook, pour éviter des poursuites judiciaires après son mariage somptuaire sur une plage de Big Sur, dans le nord de l'Etat en 2013.
Sans aucune permission des autorités environnementales, des ouvriers avaient notamment construit un pont de pierre, une mare artificielle et diverses estrades pour cette cérémonie inspirée de l'univers de Tolkien.
Cloué au pilori sur les réseaux sociaux, Sean Parker avait accepté de payer 2,5 millions de dollars et promis de contribuer à la création de l'application dévoilée jeudi.


Un vaccin pour les abeilles face à "l'apocalypse des insectes"
En Finlande, des scientifiques ont mis au point ce qu'ils croient être le premier vaccin au monde pour protéger les abeilles, avec l'espoir d'enrayer la chute des populations de cet insecte, qui pourrait provoquer une crise alimentaire mondiale.
Les abeilles contribuent en effet à la pollinisation de 90% des principales cultures dans le monde.
Mais ces dernières années, ces précieux animaux ont été décimés par le "syndrome de l'effondrement des colonies d'abeilles", un mal mystérieux. On accuse aussi bien les acariens, les pesticides, les virus que les champignons, voire la combinaison de plusieurs de ces facteurs.
Selon l'ONU, plus de 40% des pollinisateurs invertébrés, en particulier les abeilles et les papillons, sont menacés d'extinction.
Les scientifiques ont prévenu que ce déclin vertigineux pourrait entraîner une hausse des prix des denrées alimentaires et un risque de pénuries.
Le vaccin, mis au point par une équipe de l'Université d'Helsinki, procure aux abeilles la résistance nécessaire pour combattre des maladies microbiennes graves, potentiellement mortelles pour les communautés pollinisatrices.
"Si nous pouvons sauver ne serait-ce qu'une petite partie de la population d'abeilles avec cette invention, je pense que nous avons fait notre bonne action et sauvé un peu le monde", a déclaré Dalial Freitak, chercheuse à la tête du projet.
"Même une augmentation de 2 à 3% de la population d'abeilles serait énorme", a-t-elle déclaré à l'AFP.
On croyait auparavant qu'il était impossible de vacciner les insectes, car ils n'ont pas d'anticorps, l'un des principaux mécanismes que les humains et les autres animaux utilisent pour combattre les maladies.
Mais, en 2014, Mme Freitak, spécialiste des insectes et de l'immunologie, a remarqué que les papillons nourris de certaines bactéries passaient leur immunité à leur portée.
"Ils pouvaient transmettre quelque chose d'avalé. Je ne savais tout simplement pas quel était le mécanisme", dit-elle. "J'ai rencontré Heli Salmela, qui travaillait sur les abeilles mellifères et une protéine appelée vitellogénine. Je l'ai entendue parler et je me suis dit: OK, je pourrais parier que c'est ta protéine qui transmet mon signal d'une génération à l'autre".
Le duo a créé un vaccin contre la loque américaine, la plus répandue et la plus destructrice des maladies bactériennes de l'abeille.
Le traitement est administré à la reine des abeilles par l'intermédiaire d'un sucre en morceau, manière selon laquelle de nombreux enfants reçoivent le vaccin contre la polio.
La reine transmet ensuite l'immunité à sa progéniture.
En plus de travailler sur des vaccins contre d'autres maladies, l'équipe cherche à lever des fonds pour rendre le vaccin disponible sur le marché, avec un retour "très positif" jusqu'à présent, selon Mme Freitak.

Samedi 22 Décembre 2018

Lu 567 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 17:55 Oubliez les boissons gazeuses !

Dimanche 13 Septembre 2020 - 18:00 Des mammouths sous l’aéroport de Mexico