Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Huit morts dans la répression des marches anti-Kabila




Huit personnes ont trouvé la mort dimanche en République démocratique du Congo, et une centaine d'autres ont été arrêtées, en marge de manifestations de catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, muet sur son avenir politique dans ses voeux aux Congolais.
M. Kabila a assuré que la publication de l'échéancier qui prévoit la tenue de la présidentielle au 23 décembre 2018 "conduit de manière irréversible vers l'organisation des élections".
Mais les catholiques congolais ont manifesté dimanche car il y a un an un accord était signé, sous l'égide des évêques, prévoyant des élections fin 2017 pour organiser le départ de M. Kabila, dont le mandat s'est achevé en décembre 2016.
Le président s'en est pris à ces manifestants, appelant à la "vigilance" afin de "barrer la route à tous ceux qui (cherchent à se) servir de prétexte des élections depuis quelques années, seraient tentés aujourd'hui de recourir à la violence pour interrompre le processus démocratique en cours et plonger le pays dans l'inconnu".
Le bilan provisoire de cette journée est de "huit morts dont sept à Kinshasa et un à Kananga", dans le centre du pays, a déclaré à l'AFP une source onusienne. "Quatre-vingt-deux arrestations, dont des prêtres" ont eu lieu à Kinshasa et "41 sur le reste du pays", a ajouté cette source.
Dans un communiqué à New York, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé "le gouvernement et les forces nationales de sécurité à faire preuve de retenue et à respecter les droits du peuple congolais aux libertés d'expression et de manifester pacifiquement".
Le patron de l'ONU "exhorte tous les acteurs politiques congolais à demeurer pleinement engagés à la mise en œuvre de l'Accord politique du 31 décembre 2016 qui demeure l'unique voie viable devant mener à la tenue d'élections, à une alternance pacifique au pouvoir et à la consolidation de la stabilité en République démocratique du Congo", précise le communiqué.
La police congolaise a fait état de trois civils tués à Kinshasa, tandis que le gouvernement de la RDC annonçait un policier tué dans la capitale.
Les forces de sécurité congolaises ont réprimé des messes à coups de gaz lacrymogènes, et empêché des marches interdites après l'appel à manifester contre le pouvoir.
A Kananga, au Kasaï (centre), un homme a été tué par balles par des militaires qui ont ouvert le feu sur des catholiques, en marge d'une marche contre le président Kabila.
Coupure d’Internet, déploiement sécuritaire, barrages policiers: les autorités congolaises ont tenté d'étouffer ces "marches pacifiques" contre le chef de l'État, malgré l'appel des Nations unies et de chancelleries au respect du droit à manifester.
A Kinshasa, au moins une quinzaine de personnes ont été blessées, dont plusieurs par balles, selon un décompte de l'AFP qui s'est rendue dans plusieurs paroisses.
La police a aussi interpellé douze enfants de choeur à la sortie d'une paroisse du centre-ville.
A Lubumbashi (sud-est), deuxième ville du pays, deux personnes ont été blessées par balles quand les forces de sécurité ont ouvert le feu alors que des catholiques tentaient de manifester à la sortie d'une messe.
La police a également utilisé des gaz lacrymogènes et des jeunes ont répliqué par des jets de pierres. Quatre véhicules ont été incendiés et des commerces pillés.

Mercredi 3 Janvier 2018

Lu 150 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés