Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hollywood a encore beaucoup à faire après l'affaire Weinstein




Le mouvement #MeToo déclenché par les accusations d'agressions sexuelles contre le producteur déchu Harvey Weinstein a beau avoir provoqué la chute de plusieurs magnats d'Hollywood, beaucoup estiment que l'industrie du divertissement doit redoubler d'efforts pour changer sa culture et ses pratiques en matière de harcèlement. "Il y a tellement de cas où une firme dit +nous ne tolérons pas ce genre de choses+, et il s'avère qu'ils les ont bel et bien tolérées", déclare Kim Masters, journaliste au Hollywood Reporter. Elle écrit depuis des décennies sur des affaires de harcèlement dans le secteur du divertissement et assure à l'AFP n'avoir constaté aucun changement significatif.
"Souvent, ils nous menacent d'un procès, ils essayent de nous dissuader de publier (...) et finalement, ils disent +nous prenons ça très au sérieux+", soupire la journaliste. Kim Masters avait elle-même confronté Harvey Weinstein à des accusations de viol dès la fin des années 90 mais n'avait rien pu écrire, faute de témoignages suffisants. "C'était impensable à l'époque de seulement demander à Gwyneth Paltrow ou Rosanna Arquette, +est-ce que vous avez été agressée par Harvey Weinstein?+", se souvient-elle.
Une chose a tout de même changé de ce point de vue, estime Megan Twohey, l'une des deux journalistes du New York Times qui ont réussi à mettre au jour le comportement de prédateur sexuel d'Harvey Weinstein en octobre 2017: "Une partie du secret qui pesait sur le harcèlement et les agressions sexuelles a incontestablement volé en éclats".
"Pour autant, on n'a pas assisté à la réforme du système" que tout le monde attendait, regrette Mme Twohey dans une interview à Vanity Fair. Elle pointe notamment du doigt des accords financiers, souvent assortis de clauses de confidentialité, comme ceux qu'Harvey Weinstein vient de conclure avec certaines accusatrices pour mettre fin à des poursuites civiles.
Pour sa collègue Jodi Kantor, l'autre journaliste du duo, l'industrie a bien pris conscience que tenter d'étouffer une affaire est plus dommageable en termes de réputation que d'y remédier, mais rien n'a concrètement été mis en place "au niveau légal et structurel". "C'est déroutant parce que tout a changé et rien n'a changé", résume-t-elle.
Il y a "des progrès visibles", dit le comédien Patton Oswalt ("Ratatouille"). "Ce qui m'inquiète, ce sont les choses qu'on ne voit pas... Malheureusement, vous savez que ça a toujours lieu", déclare-t-il à l'AFP. "Jusqu'à ce que les sociétés concernées soient épinglées publiquement, elles n'ont pas l'air de vouloir faire quoi que ce soit. Et si une vedette est en cause, c'est la femme qui la dénonce qui finit par avoir des problèmes, pas la vedette", enrage Kim Masters.

Libé
Lundi 6 Janvier 2020

Lu 1130 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com