Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hicham Lasri et Narjiss Nejjar au Festival du film de Berlin




Quatre ans après "The Grand Budapest Hotel", Wes Anderson va de nouveau ouvrir le Festival de Berlin le 15 février prochain avec "L'Île aux chiens", son neuvième long métrage. Neuf ans après «Fantastic Mr. Fox», le metteur en scène revient à l'animation, et les chiens ont succédé aux renards dans cette histoire située au cœur d'une ville japonaise frappée par une épidémie de grippe canine. Et tandis que les canidés ont été mis en quarantaine sur une île, un jeune garçon va s'y rendre pour retrouver son animal de compagnie, et découvrir qu'une gigantesque conspiration est à l'œuvre. Un long métrage dans lequel Wes Anderson devrait encore faire parler son élégance, son humour et son sens du détail. Le tout avec un casting comme toujours impressionnant, puisque Bill Murray, Tilda Swinton, Jeff Goldblum, Scarlett Johansson ou Bryan Cranston y entourent le Koyu Rankin. 
Le Maroc y aura aussi sa place avec la participation de Hicham Lasri et Narjiss Nejjar dans la section Forum, l’une des plus appréciées à la Berlinale puisqu’elle présente un cinéma expérimental, original et audacieux. Hicham Lasri, désormais habitué de ce festival où il a déjà participé avec «The Sea is behind» en 2015, «Starve your dog» en 2016, et «Headbang Lullaby» en 2017, présentera cette année  son dernier long-métrage «La Blessure la plus rapprochée du soleil». Dans ce film, le réalisateur traite de la servitude dans le monde arabe. «Contrairement à mes autres films plutôt surréalistes, celui-ci est le plus proche de la réalité de la société marocaine d’aujourd’hui», explique Hicham Lasri dans une déclaration à 2M. «Ce film raconte l’histoire de 6 personnages qui écrasent les uns les autres », ajoute-t-il, avant de préciser «qu’il est question de ce malaise social généré par l’injustice et le poids des traditions dans notre société en ébullition qui a du mal à trancher avec le passé». Au casting, nous retrouvons une pléiade de jeunes acteurs dont Aziz Hattab, Nisrine Radi, Mostafa Houari et Zoubida Akif.  
De son côté, Narjiss Nejjar devra présenter son film «Apatride» qui met en lumière l’expulsion des Marocains d’Algérie en 1975. Et ce, en suivant le parcours d'une femme de 35 ans qui avait fui avec son père vers le Maroc, à l’âge de 12 ans laissant sa mère seule en Algérie, et a grandi avec pour unique obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère. «Conçu comme une fable, le film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde (du Moyen-Orient à l'Asie occidentale)», confie la productrice du film, Lamia Chraibi. «Le film montre les conséquences psychologiques profondes de ces tragédies sur les victimes qui se sentent souvent exclues», explique-t-elle, précisant que le casting se compose notamment de Julie Gayet, Mohammed Nadif, Avishay Benazra, Aziz Fadili et Nadia Niazi. 
Il est, par ailleurs, à noter que le Festival international du film de Berlin qui se tient chaque année, depuis 1951, dans la capitale allemande et qui réunit 20.000 professionnels du cinéma par an, récompense le meilleur film de la compétition internationale par l’Ours d’or, alors que l’Ours d’argent est décerné au second meilleur film. Quant au prix du jury, il est attribué au film qui parvient à séduire et convaincre le jury, constitué de professionnels du cinéma et présidé, cette année, par le célèbre réalisateur allemand Tom Tykwer «qui a su démontrer toute l'étendue de son talent et son originalité au travers d'innombrables réalisations, le tout dans des genres très différents», comme le souligne le directeur de la Berlinale, Dieter Kosslick. Âgé de 52 ans, le réalisateur, scénariste, compositeur et producteur succédera à Paul Verhoeven, réalisateur notamment de "Robocop" et "Basic Instinct".
 Rappelons enfin qu’en 2017, c'est le film hongrois "On body and soul" de Ildiko Enyedi, une histoire d'amour poétique se déroulant dans un abattoir, qui avait obtenu la prestigieuse récompense.


 

Mehdi Ouassat
Vendredi 12 Janvier 2018

Lu 826 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés