Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hamas et Fatah demandent le report du transfert des pouvoirs à Gaza

L’Egypte appelle à relancer le processus de paix palestino- israélien




Les mouvements palestiniens Hamas et Fatah ont demandé jeudi le report du transfert des pouvoirs à Gaza, après avoir conclu un accord sur les termes de la réconciliation au Caire sous les auspices de l’Egypte.
"Le Hamas et le Fatah demandent à l’Egypte de reporter le transfert des pouvoirs (à Gaza, ndlr) du 1er décembre au 10 décembre afin de finaliser certaines dispositions", a indiqué Hamas dans un communiqué.
Cette décision intervient après que les deux groupes se sont mutuellement accusés de manquer à leurs engagements.
Les deux parties ont déjà annoncé que la finalisation de la réconciliation prendrait du temps, étant donné que les dispositions tangibles d'un partage de pouvoirs sont annoncées comme extrêmement ardues tant les intérêts des uns et des autres semblent contradictoires. Le mouvement Fatah a refusé le plan israélien visant à séparer le camp Shu'fat et le village de Kafr Aqab de la ville d'Al-Qods occupée, estimant que ces pratiques émanant de la Knesset constituent une déclaration officielle de nettoyage ethnique.
Pour sa part, le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a appelé mercredi à l'intensification et à l’élargissement du mouvement international de soutien à la cause palestinienne visant à contraindre Israël à se conformer à la loi internationale et mettre un terme à ses violations.
De son côté, le président de l’Assemblée générale de l’ONU, Miroslav Lajcak, a estimé mercredi que la solution à deux Etats constitue "l’unique réponse" à la question de la Palestine.
Mercredi, la République arabe d'Egypte a appelé à intensifier les efforts, afin de relancer le processus de paix palestino-israélien.
A l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le ministère égyptien des Affaires étrangères a souligné l'importance de "déployer tous les efforts afin de relancer le processus de paix palestino-israélien", et par conséquent "parvenir à une paix juste et globale, conformément aux référentiels internationaux, au principe de la terre contre la paix, à la solution à deux Etats et à l'initiative de paix arabe".
Le ministère, qui a insisté dans un communiqué sur le "droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant", a affirmé que la question palestinienne occupe une place centrale pour le monde arabo-musulman.
L’Etat égyptien est convaincu que la paix, fondée sur la justice, est une condition sine qua non pour réaliser la stabilité, la prospérité et la sécurité à tous les peuples de la région du Moyen-Orient, selon le communiqué.
Compte tenu de son intérêt pour la réconciliation palestinienne, l’Egypte a veillé à éviter la scission dont pâtit la Palestine depuis des années, a ajouté la même source. Le Fatah et le Hamas ont convenu, lors d'une rencontre tenue le 12 octobre au Caire sous les auspices de l'Egypte, des mesures permettant au gouvernement d'union nationale d'exercer ses fonctions et d'assumer ses responsabilités dans la gestion de la bande de Gaza et de la Cisjordanie.
Les factions palestiniennes se sont également retrouvées le 21 novembre au Caire, afin de discuter d'un certain nombre de dossiers et de mécanismes de leur mise en œuvre, ainsi que d'évaluer les mesures prises pour parvenir à une réconciliation nationale.

Vendredi 1 Décembre 2017

Lu 775 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.