Hamadi Guerroum : Le festival international du cinéma indépendant, un espace pour motiver les jeunes réalisateurs

Dimanche 21 Avril 2024

Hamadi Guerroum. DR.
Hamadi Guerroum. DR.
Le festival international du cinéma indépendant de Casablanca est un espace pour motiver les jeunes réalisateurs et les guider vers une vision cinématographique créative, ou l'image transcende toutes les frontières, a souligné le président du festival, Hamadi Guerroum.

Dans une déclaration à la MAP, le critique et chercheur marocain a affirmé que cette manifestation vise à créer un cinéma informatif doté d’une forte valeur ajoutée, qui offre également le spectacle et respecte le goût du public, expliquant que le cinéma indépendant évoque nombre de questions, notamment comment le septième art peut assurer son indépendance financière loin des exigences commerciales.
Selon lui, cette édition vise à "enrichir les débats artistiques et intellectuels pour redonner au cinéma son éclat et sa noblesse culturelle et artistique, qu'il a perdus au fil du XXe siècle".

Par ailleurs, M.Guerroum a relevé que l’hommage qui sera rendu aux réalisateurs marocain Saad Chraibi et fançais Leo Carax s’inscrit dans ce cadre, eu égard leurs contributions notables marquées par une pure dimension humaine.

Pour sa part, le réalisateur Saad Chraibi a déclaré à la MAP que les films en lice, dans les deux compétitions officielles présentent des idées et des sujets sérieux basés sur une recherche cinématographique approfondie, ce qui stimulera l’esprit de critique chez le public.

Le festival, bien qu'il ne soit qu'à sa troisième édition, est sur "la bonne voie vers une plus grande maturité", en établissant un cinéma sans frontières, où les œuvres créatives tirent leur force de "l'indépendance dans l'orientation intellectuelle et la nature des sujets", a -t-il estimé.

Outre une exposition photographique, le festival sera ponctué par des conférences et des ateliers sur, notamment, le cinéma indépendant ainsi que par des films documentaires et d’autres destinés aux enfants.

 

Bouillon de culture

Vernissage
 
L'exposition collective, "6 Mains artistiques" qui donne à voir les créations de trois artistes marocains, a été ouverte samedi soir au Complexe culturel Abdelhak El Kadiri d'El Jadida, en présence d’une pléiade de personnalités du monde de l’art, des médias et de nombreux invités de marque. 

Organisée par la Faculté des lettres et des Sciences humaines de l'Université Chouaib Doukkali, en partenariat avec la Fondation Abdelhak El Kadiri, cette manifestation en langage artistique, qui se poursuit jusqu'au 2 mai, se veut selon les organisateurs l'expression de la gestion des différences et de la voie, sans intention préconçue, vers les croisements.

Dans cette exposition, où les perspectives et points de vue peuvent diverger, le but et les moyens demeurent les mêmes. L'objectif pour les trois artistes, Nawal Cherif, Redouane Khedid et Ibrahim Elmrichi, est d'atteindre l'essence de la folie artistique.

Dans une déclaration à la MAP, Abderrahmane Essakhi, directeur du Complexe culturel Abdelhak El Kadiri, a indiqué que "par le truchement de leurs œuvres, ces artistes plasticiens ont focalisé l'attention du public sur la créativité collective qui rend hommage à la richesse des cultures et des idées, et qui donne la pleine mesure au pouvoir transcendant de l’art et de l’imagination". 

De son côté, l'artiste et poète marocaine, Naoual Charif, a indiqué dans une déclaration similaire, que l'exposition tourne autour de l'ouverture simultanée de trois fenêtres, pour regarder à l'intérieur des ateliers d'artistes ayant des parcours créatifs et vitaux, pour que le public et les visiteurs puissent explorer ensemble ces mondes différents".  Et d'ajouter: "C'est là une sorte de jeu artistique impliquant plus de six mains, une pratique d'abstraction avec le spectateur, le visiteur de passage et l'artiste actif et silencieux qui demeurent en nous tous". 

Pour sa part, l'artiste peintre Brahim Elmrichi, a estimé que le chiffre 6 crée une mémoire émotionnelle artistique et humaine qui donne à chacune de nos expériences des prolongements au-delà du soi vers le différent, vers des miroirs possibles et potentiels, non pas pour recevoir le reflet de l'image mais pour aller au-delà...

 

Libé

Lu 410 fois


Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe







Inscription à la newsletter