Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Francisco Gonzalez Diaz : Le Royaume est une vraie porte vers l’Afrique et l’Europe




Francisco Gonzalez Diaz : Le Royaume est une vraie porte vers l’Afrique et l’Europe
Libé : En tant qu’agence de promotion et des investissements, quelle sera la stratégie Promexico pour renforcer la présence mexicaine au Maroc et plus généralement en Afrique?

Francisco Gonzalez Diaz : D’abord, cette journée est un moment historique pour notre institution. Je suis très content et surtout confiant quant à l’avenir des échanges commerciaux entre nos deux pays. 
A propos de la stratégie, elle consistera à faire venir les entreprises mexicaines s’établir au Maroc et pouvoir continuer l’expansion sur tout le continent. Cette stratégie est basée sur une analyse qui a été faite durant 10 ans par nos bureaux en Europe, à travers des visites, des entretiens et des sondages auprès de nos ambassades et nos bureaux locaux. 
Grâce aux informations recueillies, nous nous sommes aperçus que la vraie porte vers le continent et l’Europe, c’était le Maroc par ses talents, ses capacités et son ouverture. Nous avons partagé cette analyse avec nos collègues du Pérou, de la Colombie et du Chili dans le cadre de l’Alliance du Pacifique. Par la suite, nous les avons invités aussi à ouvrir leur bureau avec nous à Casablanca.
Notre travail consistera à promouvoir le commerce entre nos deux pays, nous veillerons à ce qu’il y ait une forte présence des entreprises mexicaines au Maroc, mais  aussi beaucoup d’entreprises marocaines au Mexique.

Justement, Promexcio sera aussi une porte ouverte pour les entreprises marocaines désireuses d’investir au Mexique. Comment comptez-vous vous y prendre pour les encourager?

Nous exhortons les entrepreneurs marocains à venir au Mexique pour mieux connaître ce pays et son marché. Nous les invitons à venir au Mexique à partir du 9 février 2015 où nous organiserons un séminaire sur le commerce africain auquel participeront toutes les entreprises africaines désireuses de connaître le marché mexicain  et de s’établir là-bas. 
Mais le plus important, c’est que les entreprises de nos deux pays puissent se connaître elles-mêmes et ne pas se confiner dans des mots vagues et des rhétoriques. 

Les échanges entre le Maroc et le Mexique sont très modestes. Toutes les informations recueillies dans le cadre de vos enquêtes ont-elles été présentées aux autorités marocaines ? Si oui, qu’en pensent-elles ? 

Effectivement nous avons transmis ces constatations aux autorités marocaines et de ce fait, nous avons déjà établi un programme pour les prochains mois. Aussi, on va établir une sorte de bilan des résultats dans deux ans afin de voir ce que nous pourrions faire pour multiplier par cinq les échanges commerciaux entre le Maroc et le Mexique. 

Par ailleurs, nous allons signer un accord d’entente entre nos deux pays qui va être un instrument très important pour le futur.
Qu’est-ce qui fait aujourd’hui la force de l’économie mexicaine au-delà du pétrole ?


85% des exportations mexicaines sont manufacturées. Si l’on prend l’ensemble  des exportations du continent américain, elles ne représentent que la moitié de celles du Mexique.  

Propos recueillis par A. Bouithy
Lundi 8 Décembre 2014

Lu 604 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés