Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte présence marocaine sur les scènes culturelle et artistique en Egypte




L'année 2018 a été marquée par une forte présence marocaine sur la scène culturelle égyptienne à travers une variété d'activités associant rencontres culturelles, littéraires et artistiques, festivals de films et soirées artistiques. La participation marocaine à ces différentes activités n'est pas passée inaperçue, la diversité de la culture du Maroc et la richesse de son patrimoine étant mis en avant avec une contribution au renforcement des relations séculaires entre les deux pays. Sur le plan culturel et artistique, la ville d'Oujda a été couronnée du titre de Capitale de la culture arabe 2018, lors du Festival de Louxor en mars 2018, une consécration qui contribuera certainement au renforcement du dynamisme culturel du Royaume dans tous les domaines de la pensée, de la littérature et de la créativité. Lors du même événement, la troupe "Anfas" a présenté sa pièce "Automne" d'Asma El Houari dans le cadre d'un programme culturel et artistique auquel ont participé les artistes plasticiens Ahmed Jared et Mohamed El Issaoui à travers une exposition collective d'artistes de plusieurs pays arabes, et la soprano marocaine Samira Kadiri, qui a gratifié le public de chansons puisées dans le riche répertoire de la musique marocaine, arabe et andalouse. Le Maroc a été également présent à travers la participation d'écrivains et de maisons d'édition de renommée à la 49ème édition de la Foire internationale du livre du Caire (27 janvier - 10 février).
La présence de la calligraphie marocaine en Egypte cette année a été rehaussée par l'hommage rendu au calligraphe marocain Mohamed Abdelhafid Khabta lors de la quatrième session du Forum international de la calligraphie au Caire, tenue en octobre.
Dans le domaine du septième art, le cinéma marocain a une nouvelle fois fait parler de lui avec la participation de quatre films marocains au 7ème Festival du cinéma africain de Louxor (mars 2018). Il s'agit d’"Aprita" de Mohamed Bouzakou (concours du long métrage), "Le silence des cellules" de Mohammed Nabil (concours de films documentaires), ainsi que des films "Anak" du réalisateur Siham Alaoui et "The Shoe" de la réalisatrice Amira Jihan Khalafallah (court métrage).  L'année 2018 a été marquée aussi par la consécration du cinéaste marocain Raouf Sabbahi en lui attribuant le premier prix au Festival international du film de Charm el-Cheikh (mars 2018) pour son film Hayat (Une vie), qui a participé au concours de long métrage du festival, au cours duquel le jury était présidé par le critique marocain Hamadi Keroum.
Lors du 34ème Festival du cinéma d'Alexandrie (octobre 2018), un hommage a été rendu à l'actrice marocaine Fatima Harandi, connue sous le nom de Raouia, pour ses rôles difficiles au cinéma, à la télévision ou au théâtre. Outre Herandi, le syndicat des professions cinématographiques d'Egypte a rendu un vibrant hommage au président du Festival du film d'auteurs de Rabat, Abdelhak El Montrach. Le cinéma marocain a remporté quatre prix à la 34ème édition du Festival du film d'Alexandrie des pays méditerranéens. «Le silence des papillons» de Hamid Basket a décroché le prix de la première œuvre dans la catégorie des longs métrages arabes, tandis que «Kilikis, la cité des hiboux» d'Azzelarabe Alaoui s’est adjugé le prix d’Al Qods pour la meilleure réalisation artistique avec mention spéciale pour le décor dans la catégorie des longs métrages internationaux. L’artiste Saïda Baadi a, quant à elle, remporté le prix du meilleur premier rôle féminin ex aequo avec l’actrice syrienne Souzane Najm pour son rôle dans le long métrage «Walwalat al rouh» (Cri de l’âme) d’Abdelilah Jouhary.
L’écrivain et scénariste Othman Achkar a été primé du prix de meilleur scénario pour le film «Walwalat al rouh» (Cri de l’âme) dans la catégorie des longs métrages arabes.
Dans le domaine du théâtre, le 21ème Festival international d'art contemporain et expérimental du Caire a honoré le pionnier du théâtre marocain Abdelkrim Berchid.
Le théâtre scolaire marocain a aussi brillé de mille feux lors de la Coupe du monde d'art et de médias du Caire (NUBER), en remportant les prix d'excellence pour le drame "Journey between H and B" ) de l'école "Annasr" de Mriret et "Jamra fi al Jawf" de l'école "La ville verte" de Benslimane.
La présence distinguée de l'art littéraire, cinématographique, théâtral et pictural sur la scène culturelle égyptienne témoigne de la solidité des relations séculaires entre le Maroc et l’Egypte.

Mardi 25 Décembre 2018

Lu 1405 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal