Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte indignation, enquête en cours et de lancinantes questions de responsabilité demeurées sans réponse

Drame de l'atelier de confection deTanger





Forte indignation, enquête en cours et de lancinantes questions de responsabilité demeurées sans réponse
Quel degré d'illégalité? Quelles conditions de travail et de sécurité? Qui savait? Quel poids pour ce secteur informel? Les interrogations sont nombreuses au Maroc mercredi, deux jours après la mort de 28 personnes dans l'inondation d'un atelier de textile qualifié de clandestin, à Tanger. L'affaire a suscité une vague d'indignation sur les conditions de travail au Maroc, relançant un vieux débat sur les failles du secteur informel - qui représente un tiers du PIB du pays, selon un récent rapport de la Banque centrale - et sur la tolérance des autorités face au non-respect des lois.

Le seul communiqué officiel fait état d'une "unité clandestine de textile" mais le statut de l'atelier de confection situé au soussol d'une résidence privée d'un quartier du sud-est de la ville portuaire "reste à vérifier", a indiqué à l'AFP une source au sein de la police.
Plus de la moitié de la production du secteur "textile et cuir " du Maroc provient d' unités informelles, selon la CGEM

Le propriétaire "est toujours en réanimation à l'hôpital et sera entendu quand son état le permettra", selon cette source. "La société est en règle. Il paie ses impôts et les employés sont déclarés", a assuré sa soeur dans une vidéo diffusée sur YouTube.

Selon elle, tout est fait "pour dédouaner" l'Etat et la société d'assainissement de la ville de leurs "responsabilités", l'inondation provoquée par des pluies torrentielles n'ayant pas déclenché le système de pompage dédié. "Cette société dispose d'un registre de commerce, elle est tout à fait en règle", a confié à l'AFP un représentant local de l'Association marocaine des industries textile. Parlant sous couvert d'anonymat, il pointe lui aussi "l'infrastructure défaillante" en souhaitant que l'on "demande des comptes aux services d'assainissement".

Selon lui, "ces ateliers de proximité existent par centaines à Tanger et font vivre des milliers de familles". "Je n'imagine pas qu'ils soient tous dans l'illégalité puisqu'ils travaillent pour de grandes marques internationales", affirme-t-il. "Ilssont en règle sauf qu'ils ne respectent pas les mesures de sécurité, mais ce n'est pas de leur faute", résume Abdelatif Saydi, technicien dans une unité de lavage de vêtements. "S'ils ne sont pas autorisés, on peut considérer que c'est un crime, mais c'est aussi un crime s'ils sont autorisés parce qu'ils ne respectent pas les conditions nécessaires à la production industrielle et ne se trouvent pas en zone industrielle", estime pour sa part Abdelaziz Janati, un avocat militant pour les droits humains, dans un entretien avec l'AFP. La CDT a dénoncé "la prolifération d'unités de production illégales" à Tanger, "l'exploitation des ouvriers" et "l'absence de conditions de travail adéquates" dans un communiqué publié mardi.

Selon une étude publiée en 2018 par la Confédération patronale marocaine (CGEM), plus de la moitié (54%) de la production du secteur "textile et cuir" du Maroc provient d'unités "informelles", incluant des unités de production "ne répondant pas aux normes légales". Conditions précaires, salaires très bas, horaires harassants, normes de sécurité discutables... les pratiques du secteur textile ont été épinglées par différents rapports. En 2012, l'ONG espagnole Setem avait lancé une campagne "Habits propres" contre les marques espagnoles qui sous-traitaient à l'époque à Tanger -- comme Mango, Cortefiel, El Corte Inglés ou les nombreuses filiales du groupe Inditex. La télévision nationale marocaine y a même consacré un reportage diffusé en 2019: "90% de ces usines travaillent dans l'illégalité. Ils louent des caves dans des quartiers résidentiels, 120m² avec une quarantaine d'ouvriers non déclarés, sans protection incendie, ni assurance", y assurait un opérateur du secteur textile. 

L'Observatoire du nord des droits humains, une ONG locale, affirme pour sa part avoir constaté à Tanger "l'existence de plusieurs ateliers situés dans des sous-sols de maisons ne respectant pas les normes de sécurité, même pendant la pandémie de coronavirus". Lundi, les eaux ont subitement submergé l'atelier sous-terrain, "les victimes se sont retrouvées coincées sans aucune issue de secours" et sont "mortes noyées", selon le commandant régional de la protection civile. La résidence fait partie d'un "lotissement construit près d'un oued (rivière), ce qui est interdit" car c'est une zone inondable, et son permis de construire ne prévoyait pas de sous-sol, selon Ahmed Ettalhi, président de la commission de l'urbanisme cité par le site Media24.

Libé
Jeudi 11 Février 2021

Lu 623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.