Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival Timitar Débat autour de la place de l'art et de la culture au sein de la société





"L’art et la culture, à quoi servent-ils vraiment ?" est l'interrogation qui a servi de point de départ aux débats de la table ronde organisée mercredi à l'ouverture de la 15ème édition du Festival Timitar d'Agadir. La thématique a été traitée sous différents angles par un panel composé de l’islamologue, politologue et auteur franco-marocain, Rachid Benzine, l'universitaire et poète, Hassan Ouahbi et le réalisateur et metteur en scène Abderrazzak Zitouny.
Partant du fait que l’art et la culture ont toujours suscité le débat, les intervenants sont revenus sur les questions de la place, la fonction ou encore l’utilité de cette activité propre à l’humain: est-ce une priorité ou un luxe? Cette question qui divise encore aujourd'hui beaucoup de sociétés découle du fait que certains pensent que l'art et la culture sont complément ostentatoires à l’heure où il y a tellement de besoins en termes d’éducation, de santé et d’infrastructures. D’autres pensent, par contre, que seuls l’art et la culture sauveront le monde car ils incarnent la beauté et nourrissent les âmes et les esprits. Une œuvre d’art, un objet culturel, un festival, un film, un livre ou une pièce de théâtre ont-ils une fonction sociale autre que nous distraire ?
En ces temps difficiles, il est de plus en plus fréquent de voir le verre à moitié vide et céder à la démagogie voire au désespoir, relève-t-on lors de ce débat. Les panélistes n'ont pas manqué, par ailleurs, de soulever les questions de la différence entre art et culture, du rôle de l'intellectuel et de l'artiste au sein de sa société ainsi que de la dimension transversale de la culture et l'impact de son développement sur la société dans son ensemble.
Cette table ronde fait partie d'une série de rencontres du programme culturel de Timitar qui comporte également un débat sur la sauvegarde du patrimoine immatériel marocain, un spectacle de théâtre intitulé «Lettres à Nour» d’après le roman de Rachid Benzine, mis en scène par Abderrazzak Zitouny et une rencontre sur l'appui à la production musicale amazighe avec comme exemple cette année la sortie de l'album «Amarg» du groupe Ribas Fusion.

Libé
Samedi 7 Juillet 2018

Lu 482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.