Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fès s’apprête à vibrer à l’heure du Festival des musiques sacrées

La 24ème édition fera le lien entre l'héritage artisanal et la création contemporaine




La 24ème édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde, qui se déroulera du 22 au 30 juin prochain, fera le lien entre "un héritage artisanal exceptionnel dont la pierre angulaire demeure la spiritualité, et une création contemporaine offrant des perspectives prometteuses", a souligné, lundi à Casablanca, Abderrafih Zouitene, président du Festival. Placée sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cette édition connaîtra la participation d'une pléiade d’artistes et de groupes musicaux venus des quatre coins du monde pour un envoûtant dialogue interculturel et spirituel, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de cette édition.
Le Festival "est à l’image de sa médina : franchir ses portes est une manière de s’imprégner de traditions millénaires, de valeurs de tolérance et de spiritualité", a expliqué M. Zouitene, également président de la Fondation Esprit de Fès.
Les générations défilent au cours des siècles mais l’âme de la ville se perpétue, et ce grâce "aux ramifications entretenues entre les différentes traditions culturelles creuset de l’Histoire du Maroc mais également artisanales à l’origine du tissu social qui la compose", a-t-il relevé, faisant savoir que l’Espagne sera l'invitée d’honneur de cette édition. De son côté, le directeur artistique Alain Weber a estimé que cet événement culturel, devenu une occasion annuelle pour célébrer le sacré et les valeurs partagées des humains, est conçu comme un périple artistique visant la rencontre entre différentes traditions musicales du monde, affirmant que le Maroc a réussi, grâce à beaucoup d’efforts et de détermination, à sauver un patrimoine ancestral riche en savoirs et garantir sa préservation pour les générations futures.
La 24ème édition du Festival de Fès, qui aura comme thème "Savoirs ancestraux et renouveau de la médina", tentera, à travers les traditions musicales et artistiques qui seront mises à l’honneur, de faire connaître ce patrimoine et souligner la richesse et la diversité de ses composantes, a-t-il poursuivi.
D’après les organisateurs, les spectacles programmés pour cette édition mettront l’accent sur le lien entre la musique, réceptacle des expériences et de l’art de vivre des peuples, et le patrimoine matériel, véritable réservoir des expériences et savoirs ayant traversé les âges et qui ont été hérités par les civilisations et cultures successives.
Le Festival de Fès, qui jouit d’une grande renommée internationale, se veut une plateforme à travers laquelle le Maroc exprime son ouverture en tant qu’espace de tolérance et de coexistence et passerelle de communication et de dialogue visant à consacrer les valeurs de paix et de dialogue entre les peuples, les cultures et les civilisations.
Tout au long des 9 jours du Festival, se succéderont rythmes porteurs de grandes traditions spirituelles d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie, d’Amérique, d’Europe occidentale et orientale.
Aux liturgies orthodoxes, hébraïques, grégoriennes, andalouses et jésuites de Bolivie répondront voix soufies, shaers arabes, griots d’Afrique subsaharienne et rwayyes du Haut-Atlas marocain mais aussi rythmes du Rajasthan, du Pakistan ou de Bali.

Jeudi 31 Mai 2018

Lu 808 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.