Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fatna Chanane célèbre le patrimoine marocain




Dans sa dernière série d’œuvres, l’artiste peintre Fatna Chanane met en lumière les splendeurs du patrimoine marocain dans un rendu visuel fougueusement charmant. Joyeuse fête de couleurs, de formes et de lumières, l’œuvre de cette autodidacte est le fruit de plusieurs décennies de travail et de recherches. Pour cette autodidacte, peindre est un moyen d'évasion, d'expression et de partage. Son art est toujours en mouvement, en effervescence et remet constamment en cause les règles établies. Cette artiste, qui vit et travaille à Casablanca, a choisi de mettre l’accent sur les spécificités patrimoniales d’un Maroc qui marie bien authenticité et modernité. Elle y a trouvé la sérénité et les muses de la création. La peinture s'est imposée à elle il y a quelques années comme moyen d'expression alternatif, faisant appel à d'autres sens et permettant d'exprimer différemment ses émotions. Elle a réalisé des peintures sublimes de grand format, des portraits, des paysages, des scènes d'intérieur d'un genre nouveau, sur toile ou papier. Le tout est porté très haut par sa prédilection pour la liberté de création. Ses travaux lui ont permis de trouver des voies nouvelles. Il s’agit d’un panorama iconographique impressionnant qui revisite notre beauté environnante et nous donne la possibilité de contempler les repères authentiques de  notre mémoire collective. C’est ce que confirme également Salima Al Ansary, commissaire de sa récente exposition au Carré Français de Casablanca. «Fatna Chanane a mené à bien une approche stylistique personnalisée qui valorise le potentiel artisanal à travers un rapport  transversal et interactif avec  le patrimoine culturel  qui fait en sorte que les récepteurs avisés s’approprient la   richesse immatérielle, et participent activement à la conservation de ses atouts , tout en assurant une concertation efficace sur le devenir et  la mise à niveau de leurs espaces vécus et habités : un voyage  émouvant  voire intriguant dans l’univers des arts traditionnels avec leurs dimensions civilisationnelles et patrimoniales». Il faut dire que la composition chez Chanane est considérée comme une mise en scène, mais très sérieuse, si l’on peut dire, où c’est l’occasion pour l’artiste de projeter ses intimes sensations, son moi profond. Pour cette plasticienne, peindre est une nécessité. Elle a choisi ce mode d'expression par sensation, et surtout par conviction. Fidèle à sa passion créative, l’artiste cultive des rapports transversaux avec l'espace vécu. Tantôt fascinée par les dessins et formes en transe, tantôt éblouie par le langage fascinant des couleurs et des symboles, elle révèle une palette diversifiée d’œuvres inspirées de fragments et de symbolisme, plus gestuelles et moins formelles. Le tout dans un rendu visuel attrayant où la vie est toujours présente. De quoi ravir les amateurs de l’art contemporain marocain.

K.A
Jeudi 18 Mai 2017

Lu 1031 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif