Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fatiha Abdellah, présidente du Réseau national de la lecture et la culture

La promotion de la lecture est avant tout une question sociétale




Fatiha Abdellah, présidente du Réseau national de la lecture et la culture
La présidente du Réseau national de la lecture et la culture, Fatiha Abdellah, revient, dans un entretien accordé à la MAP, sur son expérience dans le monde de la diffusion de la lecture et la connaissance chez les jeunes, tout particulièrement les filles, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme. Questionnée sur les bases de la promotion de la lecture et de la culture à l'heure actuelle, Fatiha Abdellah explique qu’il «existe différents milieux à travers lesquels le niveau de lecture et de culture est diffusé en tant que pratique, dont la famille, l'école, le milieu culturel et les médias». Et d’ajouter : «Il s'agit plutôt d’une question sociétale, impliquant à la fois les institutions officielles, les conseils élus, les partis politiques, les syndicats, les associations, les clubs féminins et sportifs, ainsi que les maisons de jeunesse. La lecture est à la tête des priorités, et doit être au cœur de tout projet de développement humain». Concernant la contribution des initiatives du Réseau national de la lecture et la culture dans la diffusion de la conscience culturelle et dans l’encouragement de la lecture chez les jeunes, Fatiha Abdellah souligne que le «le Réseau national de la lecture et de la culture a lancé nombre de projets pour contribuer à une dynamique générale, qui a commencé à se concrétiser au cours des dernières décennies, non seulement au Maroc, mais dans le monde entier, à la lumière du développement des moyens technologiques modernes, l’émergence des connaissances et la démocratisation des domaines de connaissances». «Dans des cadres et des structures institutionnelles et académiques complexes qui ne sont pas accessibles à tous, notre initiative vise à contribuer à une société de lecteurs et d'un citoyen actif capable de faire face aux changements avec conscience et responsabilité, capable de s’autoéduquer, de se former et de s'adapter rapidement aux développements technologiques», note-t-elle, avant de préciser que «l’ambition au sein du Réseau national pour la lecture est de reconsidérer le livre et d’encourager les jeunes à une lecture diversifiée et utile, tout en développant la capacité d’adaptation, d’ouverture et de curiosité. C’est dans ce sens que nous avons lancé des projets de développement de la lecture dans les écoles, les établissements pénitentiaires, les bibliothèques de proximité, les colonies de vacances, les parcs et les espaces publics».

Mercredi 4 Mars 2020

Lu 127 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.