FICM d'Agadir : Le Rialto accueille une séance cinéma aux notes tunisiennes


Libé
Mercredi 15 Juin 2022

La mythique salle de cinéma Rialto a accueilli, mardi, une soirée septième art aux notes tunisiennes, signées par le réalisateur Ridha Behi.
 Intitulée "Soirées tunisiennes", cette séance cinéma a plongé le public d'Agadir dans les péripéties d'une histoire choc; celle d'une mère affligée qui tente désespérément de retrouver son fils, parti rejoindre les rangs d'un groupe terroriste.


Sous le nom doux de "Fleur d'Alep", ce long-métrage, réalisé par Ridha Behi, décrit sur grand écran la souffrance amère de cette mère meurtrie, merveilleusement interprétée par Hind Sebry, qui s'acharne à sortir son fils de la Syrie en se faisant recruter par ce même groupe.

Intervenant à l'occasion de la projection de ce film, l'enseignant à l'Université de Carthage, Kamel Ben Ouanès, s'est dit fier de voir un film tunisien participer à la 18ème édition du FICM d'Agadir.
 Il a affirmé que le Maroc est un réel modèle pour le développement et la promotion du Maghreb en matière d’innovation et d'industrie culturelles.


S'agissant de la place du 7ème art en Tunisie, M. Ben Ouanès, qui a été président de l'Association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique, a relevé que malgré ses modestes moyens, le cinéma tunisien fraye doucement son chemin notamment en raflant des prix à l'échelle des festivals internationaux.


Né en 1947 à Kairouan, en Tunisie, le réalisateur Ridha Behi a, dans un premier temps, été assistant à la télévision tunisienne. 
En 1973, il obtint une maîtrise de sociologie à la Faculté de Nanterre puis, en 1977, un doctorat à l’Ecole pratique des hautes études à Paris. Il réalisa en 1977 son premier long métrage, “Soleil des hyènes”. 



Lu 1117 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.