Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Exposition « Sillages » de l'artiste peintre Mimouni

Hymne à la terre


Exposition « Sillages » de l'artiste peintre Mimouni
Les cimaises de la Galerie  Nadar à Casablanca  abrite actuellement   les œuvres récentes de l'artiste peintre El Houssaïne ( né en 1957 à Taroudant, vit et enseigne à Montpellier ). Il s'agit d'un panel distingué et palpitant  de tableaux    qui se veulent une fragmentation de l'espace  et une nouvelle approche plastique reposant sur  les traces de la mémoire composées  et décomposées  selon ses  les états d'âme  pour leur offrir  une dimension  poétique et une sensation scripturale.  La trace  dessinée par  Mimouni se présente comme une toile à part. Elle se décline en différents aspects que le plasticien métamorphose pour les assortir à la surface hôte composée d'un flux de couleurs ternes. Cette frontalité chromatique est accentuée par l'introduction de graphismes lyriques voire gestuels.
Archéologue de formation, il  figure parmi les artistes marocains résidant à l'étranger qui  ont su trouver le bon élément pour charmer les passionnés d'art et leur donner ainsi un aperçu sur l'art de ces Marocains d'ailleurs. Mimouni   contemple le monde  picturalement, en  utilisant  les signes et les symboles des différentes civilisations pour en faire un travail sur les sciences humaines au niveau du Bassin méditerranéen.
Les toiles présentées dans cette exposition s'articulent autour du  signe comme matière picturale centrale. Dans cette série qui cristallise  les gribouillages  et les traces mémorables, l'artiste donne à voir la mue du  signe vers d'autres formes, le signe revêt l'apparence d'un monde labyrinthique.
 Mimouni  peint ou colle des   signes  de façon à configurer  une trace à laquelle  il donne de la transparence. Il est l'un des rares peintres au Maroc à avoir réussi une transition entre la peinture et l'art contemporain.
Le regard que  Mimouni pose sur le  signe  est chargé d'un référent culturel et non folklorique et sa perception du  signe  renvoie à un rythme et à la notion de circularité de la vie et au droit à la mémoire. Dans ses toiles, le peintre utilise « la technique mixte »  non seulement comme  un procédé de travail pour présenter la trace sur son tableau mais également comme  «  un composant à part entière de la toile  ».
La couleur de la terre est omniprésente abondamment. Inspiré principalement de sa Taroudant natale, il reflète la richesse de sa culture berbère par le moyen de la couleur et du signe. Ses toiles sont ainsi porteuses de messages profonds mais gardent leur beauté douce et  discrète :
« Malgré une présence sur la scène picturale de plus de vingt ans (sa première exposition remonte à 1986), El Houssaïne Mimouni demeure peu connu dans son pays. Ce qui ne surprend guère quand on sait que cet artiste multiple - il est tout uniment dessinateur, graveur et peintre - a choisi, après l'obtention d'une licence d'arts plastiques à l'université Paris VIII, de s'installer à Montpellier, où il enseigne et vit.
Sollicité par de nombreuses galeries françaises, il a rarement fréquenté les cimaises marocaines, à l'exception notable de celles d'Asilah, ville où il a été convié à trois reprises, à l'occasion du Moussem culturel.
Une métaphore de l'époque, déboussolée et ensanglantée
La galerie Nadar, revenue en force après une longue éclipse, a eu l'heureuse inspiration d'être l'hôte des œuvres de Mimouni. Une aubaine, tant cet artiste est singulier. Il avait caressé le rêve de devenir archéologue, mais il dut renoncer à sa vocation pour embrasser la lumière.
Et comme on ne se défait pas facilement d'une obsession, l'archéologie hante ses toiles. Son œuvre, confirme l'écrivain Maâti Kabbal, «se laisse approcher par le biais de l'archéologie, convoquant les concepts de fouilles, aplats, niveaux, nivelés, débroussaillage, surfaces accidentées».
Archéologie encore, celle des sources, comme dirait Edmond Amran El Maleh. Longtemps éloigné de Taroudant, où il a vu le jour, Mimouni n'en reste pas moins obnubilé. Ce qui se traduit par son souci d'exhumation, puis de restitution de pans visuels de son enfance. La couleur, d'abord; celle de la terre d'argile; ensuite, le grain de sable déposé sur la toile.
Enfin, les signes, les motifs et les talismans, qui ne sont pas sans rappeler Ahmed Cherkaoui, peintre qui a été le premier à puiser son inspiration dans l'artisanat marocain. Autant de créatures qui peuplent le monde de Mimouni. .
Dans les récents travaux de l'artiste, se donnent à voir des échelles appuyées au néant, des esquifs incertains et des barbelés lugubres. On peut y lire une métaphore de l'époque, vulnérable, déboussolée, tourmentée et ensanglantée. “Mais plutôt que de se laisser tenter par des interprétations approximatives, il vaut mieux s'abandonner au plaisir d'écouter par les yeux la musique qui s'exhale de cette peinture tout en rythmes, cadences et airs, ainsi que le souligne Maâti Kabbal, qui compare l'œuvre de Mimouni à la musique flamenca de Camaron de la Isla”, écrit Et Tayeb Houdaifa.
Fasciné par  la mémoire de la terre, Mimouni   marque son univers pictural   par des couleurs spatio-temporelles, et des symboles remplis de la sensualité et du mysticisme propres à ses racines. Son travail artistique mêle  sur toile ou sur papier peinture,  collage, et les  matières mixtes  et sensuelles de  la terre. On ne peut s'empêcher de découvrir avec un sentiment admiratif, cette capacité d'imagination créatrice de déployer des espaces de formes multiples et  variées,  comme disait Edmond Amran El Maleh.
 A l'instar de peintre marocain Ahmed Cherkaoui, mort à 33 ans en 1967,  Mimouni a cette passion du signe et toute sa peinture -abstraite-est une lecture des plus beaux  moments  de son Maroc natal. Une réinterprétation subtile et sublime de cet art si ancien et si moderne qui a su imposer son originalité à l'intérieur du mouvement pictural de Paris. Son évolution  dans le sillage de ce pionnier le conduit à une recherche plastique complexe qui pose le problème de l'identité des racines de l'art marocain.
Grâce à son intérêt profond pour l'art du signe par rapport au contexte du patrimoine artistique national,  Mimouni  conçoit une peinture profondément authentique. Sa création se caractérise par une quête lucide et passionnée. Elle tient une place prépondérante dans l'histoire de l'art contemporain au Maroc.

ABDELLAH CHEIKH
Lundi 15 Décembre 2008

Lu 2651 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020




Dans la boutique

Flux RSS