Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien entre Habib El Malki et une délégation du Front national pour la sauvegarde de la SAMIR



Dans le cadre de la mobilisation pour sauver la Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage (SAMIR), le Front national pour sa sauvegarde s’est réuni, mardi 16 février, avec le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki. Lors de cette réunion, la délégation a présenté un exposé sur les derniers développements du dossier de la SAMIR et les propositions du Front visant à sauver cette raffinerie, ainsi que sur les gains que l'économie marocaine et le trésor public pourraient faire en cas de reprise d'activité. Il convient de noter que ce Front national a récemment formulé 10 accusations contre le gouvernement de Saad Dine El Otmani, et ce après le rejet par l'Exécutif de trois projets de loi relatifs au transfert des actifs de la SAMIR à l’Etat marocain. Lesdits projets ont été présentés à la Chambre des conseillers par les groupes de l’USFP, la CDT et l’UMT. Le Front a souligné que la «position négative du gouvernement» a empêché la tenue d’un débat national transparent, responsable et constructif au sein du Parlement, et a privé l'opinion publique nationale de son droit d'accès à l'information, portant ainsi un coup au processus d'édification démocratique, ce qui constitue un désaveu des principes de démocratie. Il a également affirmé que le gouvernement a «annulé toute coopération dans la gestion de la liquidation judiciaire de la SAMIR, laissant au Tribunal de commerce de Casablanca la mission de traiter un dossier complexe et le mettant ainsi dans l'incapacité d'apporter des réponses à même de s'inscrire dans la vision stratégique du gouvernement concernant le secteur des énergies fossiles». Le Front a également considéré que le gouvernement «a été inefficace», soulignant qu’à cause de «la stagnation de plusieurs mois après l'achèvement du contrat de location des réservoirs de stockage de la SAMIR, il a manqué l'occasion d'économiser des milliards de dirhams au profit du trésor public tout en renforçant les réserves de devises, et en préservant le pouvoir d'achat des citoyens via la constitution de stocks de produits pétroliers durant la phase d'effondrement de leurs cours sur le marché international». 

H.T
Mercredi 17 Février 2021

Lu 818 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS