Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entrechoquement entre la sagesse du général Kaïdi et la folie furieuse de la junte algérienne

La purge politico-militaire n’en finit pas de faire sauter des têtes


Mehdi Ouassat
Vendredi 19 Novembre 2021

Entrechoquement entre la sagesse du général Kaïdi et la folie furieuse de la junte algérienne
Quelques jours seulement avant son éviction brutale de son poste au sein de l’état-major algérien, le général Mohamed Kaidi bénéficiait encore de la confiance totale de sa hiérarchie. Le 28 octobre dernier, le plus jeune des généraux algériens représentait d’ailleurs l’Armée nationale populaire (ANP) à la 13ème réunion des chefs d’état-major des armées des pays membres de l'Initiative «5+5 Défense».
Que s’est-il passé depuis pour que Said Chengriha, actuel patron de l’armée algérienne, change totalement de position et décide de destituer ce général, qui occupait l’un des postes les plus stratégiques au sein de l’état-major ? Qu’est-ce qui l’a poussé à prendre une telle décision précipitée et mal ficelée qui a suscité une véritable controverse au sein de l’institution militaire algérienne, déjà terriblement affaiblie par d’interminables luttes intestines ? Une décision qui a également scandalisé de nombreux officiers supérieurs, piqués au vif par la déchéance vertigineuse de celui qui était pressenti, il y a tout juste quelques jours, pour diriger les Forces terrestres, un poste sensible et prestigieux qui offre à celui qui l’occupe l’opportunité d’être promu chef d’état-major et ainsi de diriger le pays, comme en témoigne l’ascension de Said Chengriha ou encore celle de Ahmed Gaïd Salah avant lui.     

Rompre avec le discours guerrier d’un régime militaro-politique
Selon le journal d’investigation Algérie Part, cette disgrâce serait la conséquence directe du discours tenu par le général déchu, à l’occasion de cette fameuse réunion organisée dans le cadre de l'Initiative «5+5 Défense» et qui rassemblait les 5 pays maghrébins avec l'Espagne, la France, l'Italie, Malte et le Portugal. «La décision de renvoyer Mohamed Kaidi s’explique avant tout par ses positions favorables à l’égard de l’Occident, pacifistes et complaisantes envers le Maroc», lit-on dans une enquête d’Algérie Part. «Ses propos en présence de plusieurs hauts gradés militaires, maghrébins et européens, ont, en effet, précipité sa chute brutale et inattendue», ajoute la même source.
Toujours selon les investigations conduites par nos confrères d’Algérie Part, Mohamed Kaidi aurait affirmé que «l’Algérie n'a aucunement l’intention d’entreprendre une quelconque action militaire hostile contre son voisin marocain». «En tant que chef du département "Emploi-Préparation" et en sa qualité de représentant de Saïd Chanegriha, Mohamed Kaidi a insisté, lors de cette réunion, sur l’importance d’une politique extérieure de bon voisinage, balayant ainsi d’un revers de main les attaques répétées à l’encontre du Maroc et le langage guerrier tenu par le pouvoir algérien à l’égard de ce pays», souligne la publication.
Dans ses échanges avec ses interlocuteurs militaires étrangers, Mohamed Kaidi a mis en exergue «la nécessité de conjuguer et d’intensifier les efforts, dans un esprit de coopération sécuritaire multilatérale, empreint de réalisme et de franchise entre les pays membres de l’Initiative». «Et ce en vue de faire face, de manière responsable, aux différents défis menaçant notre espace géographique», a-t-il notamment affirmé.
Sur sa chaîne YouTube, le journaliste et opposant algérien réfugié à Paris, Abdou Semmar explique que le discours de celui qui était considéré comme l’étoile montante de l’armée algérienne a «provoqué un véritable séisme au sein du ministère de la Défense» et  a «étonné même les interlocuteurs étrangers». «Il s’agit d’un discours qui n’a absolument rien à voir avec la propagande du pouvoir algérien et son obsession marocophobe», a-t-il souligné, avant de préciser que c’est «le seul et unique responsable militaire algérien à avoir utilisé des termes comme "franchise", "coopération", "bon voisinage" et "réalisme"». «C’est des notions qui sont complètement à l’antipode du discours propagandiste des actuels décideurs algériens, militaires et civils, très hostiles au Maroc et qui ont toujours opté pour une stratégie de la tension et de l’absolutisme», explique Abdou Semmar. «Dans son allocution, Mohamed Kaidi n’a, à aucun moment, évoqué les mots "hostilité", "violence" ou "différend", qui font partie des terminologies classiques du régime algérien», a-t-il ajouté, avant de préciser que «ce genre de discours qui n’a jamais été adopté ni par l’état-major, ni par la présidence ou aucune autre instance du pouvoir algérien, représente une rupture radicale avec la politique étrangère guerrière du régime actuel», ajoute-t-il.
Si le général déchu s’est montré engagé en faveur d’une nouvelle vision moderniste, c’est parce qu’il avait décidé de rompre avec la propagande guerrière de la gérontocratie algérienne. Selon des sources de Algérie Part, «il voulait clairement montrer à ses interlocuteurs étrangers, dont les Marocains, que des courants réformistes existent bel et bien au sein de l’institution militaire algérienne».         
Pour le politologue Abdelfattah Naoum, il existe certainement, au sein de cette institution, «des gens sages représentant les voix réprimées et qui sont pleinement conscients de l’image négative renvoyée par l’armée au niveau international et de sa réputation ternie par les nombreuses folies commises par Chengriha et son camp». Selon lui, «ces gens sont souvent chassés du cercle de décision très restreint». «Pour la junte algérienne, fidèle à ses vieilles habitudes, tous les moyens, si abjectes soient-ils, sont bons pour qu’elle liquide ses problèmes "en interne"», estime M. Naoum dans une déclaration à Libé, avant de souligner que «l’histoire de l’armée algérienne est, en effet, jalonnée d’assassinats, d’expulsions et d’exils». «Ce genre d’agissements n’est pas nouveau mais remonte à très longtemps, notamment depuis l’époque du coup d’Etat contre Chadli Bendjedid et de l’assassinat de Mohamed Boudiaf. L’armée algérienne a toujours eu recours à ce genre de démarche parce qu’elle est dirigée par des brigands et des princes de guerre sans aucun rapport avec le profil des chefs militaires tel qu’il est consacré dans les Etats modernes», précise-t-il. Il a également fait savoir qu’il s’agit «d’une institution militaire disloquée, dominée par une totale soumission sans commune mesure avec celle afférente à la hiérarchie militaire telle qu’elle est définie ailleurs».
Abdou Semmar explique dans ce sens que si le discours prononcé par Mohamed Kaidi à l’occasion de cette réunion avec les représentants des pays membres de l’Initiative 5+5 était à l’encontre de la politique étrangère algérienne et des préférences de la junte militaire, c’est parce qu’il a été écrit par Mohamed Kaidi lui-même. «Il était le porte-parole attitré de l’état-Major de l’ANP sur la scène internationale parce que c’est l’un des rares généraux algériens instruits, ouverts sur le monde et maîtrisant parfaitement plusieurs langues étrangères», souligne-t-il. «Il voulait cette fois dévoiler sa propre vision des choses et a tenu à faire savoir que, pour lui, la priorité absolue doit être accordée aux efforts internationaux et régionaux visant à lutter contre la menace terroriste et le crime organisé transfrontalier», avance le journaliste algérien, tout en précisant que l’ex chef du département "Emploi-Préparation" a également défendu l’idée selon laquelle l’Algérie devrait s’ouvrir sur le reste du monde et diversifier ses partenaires comme c’est le cas dans les pays voisins.
Pour sa part, Oualid Kebir, journaliste algérien également exilé, a tenu à rappeler dans son émission «Akhbar Fi Daqiqa», suivie par plusieurs milliers d’internautes, que cette position de Mohamed Kaidi ne constitue pas une première en son genre. «Durant la guerre du Sahara, le général Larbi Belkheir s’était fermement opposé au soutien d’Alger au Polisario», a-t-il noté. «Il est vrai que Mohamed Kaidi n’est pas allé jusqu’à soutenir le Maroc contre le Polisario dans le dossier du Sahara mais ses propos représentent tout de même une vraie rupture avec le discours officiel algérien très hostile au Royaume du Maroc»,  a-t-il ajouté.

Une propagande qui peine à convaincre et un Hirak qui se redessine
Après cet incident complètement isolé dans le milieu militaire algérien, au cours des dernières années, le numéro un de l’ANP, Said Chengriha qui ne pouvait pas tolérer une opinion différente que la sienne, a aussitôt tenu une réunion au sommet pour se prononcer sur le sort de Mohamed Kaidi et a décidé de le relever immédiatement de ses fonctions et de le remplacer par le général-major Hasnat Belkacem, un autre bouffon de l’armée algérienne qui a démontré plus d’une fois son incompétence criante.
Pour Abdelfattah Naoum, «ces récents évènements représentent un indicateur fiable et pertinent de la décadence de la propagande algérienne». «Comment le régime militaro-politique algérien pourra-t-il convaincre la communauté internationale de ce conflit artificiel qu’il essaye de créer pour déclencher une confrontation militaire avec le Maroc, s’il n’est même pas capable de convaincre ses propres militaires de haut rang», s’est demandé cet expert en relations internationales. «D’ailleurs, estime-t-il, la communauté internationale, et les organisations mondiales, ainsi que toutes les institutions que le ministre algérien des Affaires étrangères a essayé d’interpeller au sujet de la mort de trois camionneurs algériens n’ont accordé aucune importance à la question et ont considéré qu’il s’agit d’un scénario monté de toute pièces qui n’a aucun sens». De l’avis de ce politologue, ce genre d’incident pourrait avoir un impact direct sur la scène interne de l’Algérie, notamment sur le l’opinion publique algérienne. «C’est le genre de situation qui peut parfaitement être l’élément déclencheur d’une deuxième vague de Hirak», précise M.Naoum. «Parce que les citoyens algériens n’en peuvent plus de toutes ces pratiques de l’armée qui tente d'entraîner le pays dans une guerre gratuite, sans aucune raison valable, seulement pour dissimuler la vraie crise qui frappe le pays depuis quelques années. Il s’agit d’une crise de l’Etat, des institutions  et de l’identité qui impacte directement la vie quotidienne des citoyens», conclut-il.
La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si Mohamed Kaidi passera par la case prison ou lui réserve-t-on un autre sort. En tout cas, lui, aujourd’hui âgé de 60 ans, et d’autres officiers généraux algériens récemment limogés, sont conscients que leur principal ennemi se trouve à Alger et non pas sur leurs frontières de l’ouest. Ils sont surtout terrorisés à l’idée de se retrouver derrière les barreaux comme c’est le cas de plus de 30 généraux qui ont écopé de lourdes peines et  croupissent actuellement dans les geôles algériennes, en plus de quelques 150 officiers de haut rang de l’armée et des services sécuritaires. Sans oublier ceux qui ont réussi à s'exfiltrer pour trouver refuge dans certains pays européens.
Les citoyens algériens qui suivent avec inquiétude ces manifestations flagrantes  et répétitives de crise qui frappe leur régime de plein fouet n’ont, quant à eux, que les yeux pour pleurer en attendant que le fameux Hirak reprend de plus bel et qu’une deuxième vague de ce mouvement contestataire les libère d’un régime totalitaire et tyrannique, dirigé par des militaires capables de commettre toutes les folies possibles et imaginables pour préserver leurs privilèges et ceux de leurs proches.
 





Lu 1847 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020










Flux RSS