Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre version officielle et autre, il y a des vérités qui se perdent : Indéniable Jerada va mal




 Un nouveau drame humain s’est produit dans la ville de Jerada. Plus d’un mois après la mort tragique des deux frères, Houcine et Jedouane Dioui, respectivement âgés de 23 et 30 ans, dans l’effondrement d’une mine clandestine, Zakaria Abderrahmane âgé de 32 ans a trouvé la mort dans un nouvel effondrement d’une mine clandestine survenu jeudi. Selon une source contactée par Libé, une autre personne a été blessée et transportée à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires, alors qu’une troisième a échappé à une mort certaine.
La même source a affirmé que la dépouille du défunt est toujours dans la morgue de la ville dans l’attente de procéder à une autopsie pour que sa famille et ses proches puissent l’inhumer, ajoutant que des jeunes sont restés toute la nuit devant la morgue et que les forces de l’ordre ont été déployées pour éviter tout dérapage surtout que la région vit au rythme des protestations quasi quotidiennes depuis décembre dernier.
Juste après le drame, le ministère de l’Intérieur a rendu public un communiqué de presse dans lequel il a affirmé qu’«un homme âgé de 32 ans est décédé, jeudi, dans l'effondrement d’une galerie traditionnelle d’extraction de charbon aux environs de Hay Hassi Blal à Jerada, ont indiqué les autorités locales de la province de Jerada, soulignant qu'un groupe d'individus a délibérément empêché les autorités d’intervenir pour porter secours à cette personne en danger».
«Une fois alertées, les autorités locales et sécuritaires ainsi que les éléments de la Protection civile se sont rendus sur les lieux pour secourir la personne concernée, mais un groupe d'individus a délibérément empêché les autorités d’intervenir pour venir en aide à une personne en danger et prendre les mesures nécessaires», a souligné la même source. Et de poursuivre que ces personnes ont procédé à l’extraction du corps de la victime de la galerie, pour ensuite le transporter à bord d’un véhicule privé lors d’un cortège de protestation, en violation flagrante des lois en vigueur.
Le communiqué de presse du ministère de l’Intérieur relayé par la MAP a indiqué qu’«une enquête a été ouverte sous la supervision du parquet pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire et engager les procédures légales adéquates contre quiconque ayant résisté aux autorités publiques et entravé leur intervention pour porter secours à une personne en danger ».
Les habitants de la ville de Jerada se sont sentis offusqués par cette version des faits. Selon notre source, «depuis la mort des deux frères en décembre dernier, les habitants de Jerada protestent pacifiquement pour que leurs revendications soient satisfaites. Ils portent le drapeau national et les photos de S.M le Roi. Ils se sentent offensés par de telles déclarations ou informations », ce qui, selon eux, pourrait exacerber les tensions.
Il a ajouté que lorsque le drame est survenu, les éléments de la Protection civile étaient dans l’incapacité de secourir les sinistrés du fait qu’ils ne sont pas habitués à ce genre d’opération et qu’ils ne disposent pas de moyens et matériels appropriés. Face à cette situation, des personnes ayant travaillé dans les mines et ayant une expérience dans de telles situations sont intervenues pour secourir les trois personnes qui se trouvaient sous les décombres.
Il convient de rappeler que le gouvernement Saad Eddine El Othmani s’est engagé, depuis le drame survenu en décembre, à mettre en place un programme susceptible d’améliorer la situation économique et sociale dans la province de Jerada.
Cet engagement a été réitéré jeudi par le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d’un point de presse à l’issue de la réunion du Conseil de gouvernement.
«Le gouvernement demeure engagé à traduire dans les faits les promesses qu'il a faites pour résoudre les problèmes socio-économiques», a affirmé le ministre dans une déclaration relayée par la MAP.

T. Mourad
Samedi 3 Février 2018

Lu 1221 fois


1.Posté par Mohamed le 03/02/2018 23:08
(Dir alkhir wa nsah wa dir char wa fakrou) dit le proverbe,mais dans ce pays c est tout le contraire .Nous construisons tellement de mosquées que certaines d entre elles se vident et deviennent des musées à l abandon.
Beaucoup d argent parte en fumé mal gérer ou détourner à des profits d intérêts personnels ,peut de suivie ect...puis on arrive à un ras-le-bol général .La jeunesse marocaine est oubliée et c est elle qui sort dans la rue ; l avenir passera par eux ...
Beaucoup de choses sont à revoir l éducation ,l emploi, la formation , la santé ect.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés