Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Enjil”, le portrait d'un village en voie de disparition




C’est l’histoire d’un village minier près de Midelt. En 2008, le jeune réalisateur Mourad Khellou y avait tourné son deuxième court métrage « Troisième jour», mais dix ans après, une visite éclair allait inspirer un autre court-métrage, mais cette fois à l’ombre de la colère et de la mélancolie. 
 « Dix ans après, j’ai revisité ce lieu, et je l'ai trouvé dans un état critique, presque détruit, des inconnus ont volé les portes, les fenêtres, les toits et même les briques et les installations d'eau et d'électricité. Alors j'ai décidé de filmer vite ce lieu avec une colère et une mélancolie intenses», confie Mourad Khellou à Libé, avant d’ajouter que « tout de suite, l’idée d’un film s’es développée ».
La nouvelle histoire d’Enjil est celle d’un ballon blanc poussé par hasard par les vents dans ce village fantôme où des voix, des sons et des histoires aussi refusent de le quitter et de l’abandonner.
« Heureusement, dit le réalisateur, le tournage s’est déroulé dans des conditions favorables, il y avait du vent pour diriger le ballon, et le va-et-vient des nuages qui a donné plus de mystère à l'image dont la lumière change accidentellement mais très poétiquement ». Le texte accompagnant les ondulations du ballon sont la résultante d’une narration orale propre aux anciens habitants du village, notamment les mineurs et leurs familles, dont une grande partie s’était installée à Midelt.  
Ce court documentaire de création, n'est pas un cri, ni un travail d'archivage mais une remise en question de notre rapport à l'espace, à notre patrimoine matériel, renchérit Khellou. En fait, chaque jour une kasbah où un ancien village disparaît sans que nous réagissions pour les protéger et les sauvegarder, alors qu’ils constituent bien une part de notre identité.

Mustapha Elouizi
Lundi 16 Juillet 2018

Lu 516 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal