Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En quête d’ un ennemi externe pour masquer les problèmes de la population algérienne …

Le Maroc est tout désigné par la junte militaire


Le Maroc est présenté par Alger comme la source de tous les maux de la population algérienne et de tous les problèmes survenus ou à venir …

En quête d’ un ennemi externe pour masquer les problèmes de la population algérienne …
Tout le monde s’accorde sur les soubassements de la décision fracassante et inouïe de l’Algérie de rompre ses relations, déjà très limitées auparavant, avec le Maroc.

Observateurs, analystes, spécialistes des relations internationales, experts des affaires méditerranéennes et africaines relèvent que cet acte n’est fondé sur aucune justification susceptible de susciter  l’intérêt du droit international, de la diplomatie régionale et internationale et de la géostratégie internationale.

En fait, les explications que l’on peut déceler du labyrinthe des arcanes militaires, véritable pouvoir présidant aux destinées de l’Algérie, c’est la recherche d’un ennemi par tous les moyens à même de détourner l’attention de la population des véritables raisons de sa désastreuse situation économique et sociale …

C’est ce que vient de confirmer, au terme d’observations minutieuses, le Centre de réflexion américain Middle East Institute (MEI), indiquant que « par la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc, l’Algérie tente de détourner l’attention de sa population des problèmes internes et de la rallier contre un ennemi externe ».

L’Algérie a choisi de rompre ses liens « déjà réduits au minimum » avec le Royaume « même au risque de mettre en péril ses principales exportations énergétiques, ce qui revient à tracer une ligne dans le sable et à totalement renier au Maroc la moindre influence, tout en cherchant à détourner l’attention de son opinion publique des problèmes internes et de la rallier contre un ennemi externe », a affirmé la directrice du programme Afrique du Nord et Sahel au sein du MEI, Intissar Fakir.

D’ailleurs, l’acharnement maladif du pouvoir militaire algérien s’est illustré par une recrudescence de l’escalade, motivée par des mises en scène absurdes et ridicules allant jusqu’à présenter le Maroc comme la source de tous les maux de la population algérienne et de tous les problèmes survenus ou à venir, s’aventurant  jusqu’à l’accuser d’être derrière les incendies         ayant ravagé le pays ces dernières semaines engendrant d’énormes pertes humaines et matérielles.

« En effet, le plus grand défi pour les dirigeants algériens c’est de convaincre une population repliée sur elle-même que le Maroc représente une menace plus importante pour son bien-être que les défis économiques, politiques et sécuritaires internes », développe la chercheuse dans un article publié dernièrement sous le titre : « Qu’est-ce qui alimente l’escalade des tensions entre l’Algérie et le Maroc ? ».

Intissar Fakir rappelle, à ce propos, que « la rancune et la suspicion envers le Maroc, nourries par les militaires et l’élite au pouvoir en Algérie, sont profondes et remontent au conflit frontalier des années 1960 et aux tensions idéologiques de l’époque de la guerre froide ».

Par ailleurs, manquant de discernement et souffrant de l’absence de véritables visions géostratégiques adaptées  à la nouvelle réalité économique, politique et diplomatique mondiale, la junte militaire s’accroche désespérément aux théories passéistes et désuètes qui étaient en vogue durant la guerre froide d’après le second conflit armé mondial. 

C’est dans ce contexte (vestiges du passé) que « les ambitions croissantes du Maroc pour étendre son influence politique et économique régionale, restent ainsi alarmantes pour certains au sein de l’armée algérienne » comme l’a relevé l’analyste.

Et de noter que la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur son Sahara «a porté un coup» aux efforts algériens pour isoler le Maroc sur cette question. La reconnaissance américaine constitue «une victoire majeure pour le Maroc», a-t-elle estimé.

Rachid Meftah

Libé
Dimanche 5 Septembre 2021

Lu 780 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS