Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En Tunisie, explosion de joie après la suspension du Parlement


“C’est ça le président qu’on aime”, lance Nahla, une trentenaire brandissant le drapeau tunisien au milieu d’une foule compacte descendue dans la rue pour manifester sa joie après la décision nocturne du président tunisien de suspendre les travaux du Parlement. “Ce sont des décisions courageuses, Saied débloque la Tunisie, c’est ça le président qu’on aime”, assure-t-elle, sa fille sur ses épaules. Un bras de fer en cours depuis six mois entre le chef du Parlement Rached Ghannouchi - aussi chef de file du principal parti, Ennahdha - et le président Kais Saied, paralyse le gouvernement et désorganise les pouvoirs publics. Dimanche soir, le président Saied a annoncé “le gel” des activités du Parlement pour 30 jours, “une décision qui aurait dû être prise depuis des mois” selon lui. Il a aussi décidé de démettre de ses fonctions le chef du gouvernement Hichem Mechichi. Il se chargera lui-même du pouvoir exécutif “avec l’aide d’un gouvernement dont le président sera désigné par le chef de l’Etat”, a-t-il dit à l’issue d’une réunion d’urgence au Palais de Carthage avec des responsables des forces de sécurité. “Enfin les bonnes décisions arrivent! On se débarrasse enfin des principaux maux de la Tunisie: le Parlement et Mechichi!”, lance joyeusement Maher à Menzah 9, un quartier du nord-ouest de Tunis. L’opinion publique tunisienne est exaspérée par les conflits entre partis au sein d’un Parlement balkanisé, d’autant que le pays, face à un mur de dettes, traverse une profonde crise économique, sociale, et depuis début juillet, sanitaire. Klaxons, feux d’artifice, you-you: des centaines de personnes ont bravé le couvre-feu et se sont rassemblées sur l’avenue Bourguiba, la principale artère de Tunis, mais aussi dans de nombreux quartiers de la capitale. Des scènes similaires ont également eu lieu dans d’autrs villes du pays. Ainsi à Gafsa (centre), des centaines de personnes sont sorties dans les rues. “Saied a montré qu’il était un vrai homme d’Etat! Il a compris ce que le peuple voulait: la dissolution du Parlement et le limogeage de Mechichi”, estime à Tunis Farhat, 49 ans, enveloppé dans le drapeau tunisien. Dans les cortèges de voitures emplissant les rues, hommes et femmes, notamment des jeunes, hurlent, chantent et dansent, d’autres filment avec leurs portables “des moments historiques” selon eux. Des habitantes lancent des youyous depuis leurs fenêtres, criant “vive la Tunisie”. Des jeunes sautent au milieu de la foule, scandant des slogans hostiles au parti d’inspiration islamiste Ennahdha, principal parti parlementaire. “Notre patience a atteint sa limite, il n’y a plus de place pour les perdants! Ça suffit, game is over!”, crie Ibrahim, 24 ans, reprenant un slogan des manifestations monstres qui avaient fait tomber le régime de Ben Ali en quelques jours début 2011. Ces habitants sont sortis peu après les annonces faites vers 22h locales (21H GMT), en dépit du couvre-feu nocturne imposé de 20H00 à 05H00 pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19. Quelques heures auparavant, des milliers de Tunisiens avaient manifesté dans plusieurs villes du pays, malgré un important déploiement policier pour limiter les déplacements. Les protestataires avaient notamment réclamé la “dissolution du Parlement”. “Tout ce qui se passe depuis ce matin est bien orchestré, ce qu’a fait Saied est un coup d’Etat contre la Constitution”, a accusé un haut responsable d’Ennhadha, s’exprimant à l’AFP sous couvert d’anonymat. “Nous sommes aussi capables d’organiser de grandes manifestations pour montrer le nombre de Tunisiens qui sont opposés à ces décisions”, a-t-il assuré. “Ces ignorants fêtent la naissance d’un nouveau dictateur”, souffle à l’AFP un quadragénaire regardant les festivités sans enthousiasme.

Libé
Mardi 27 Juillet 2021

Lu 1012 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS