Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En Irak, une station thermale renaît après les massacres de l'EI


Libé
Jeudi 21 Juillet 2022

En Irak, une station thermale renaît après les massacres de l'EI
Enfant, Hicham se rendait souvent avec son père aux bains de Hamam alAlil. Mais depuis que cet établissement thermal du nord de l'Irak a été restauré, il y vient seul: son père, policier, a été exécuté par les jihadistes non loin de là en 2016. Hamam al-Alil ("le bain du malade", en arabe) s'est bâti depuis des décennies une solide réputation grâce à ses eaux sulfureuses aux vertus thérapeutiques. Mais la localité, située à une trentaine de kilomètres au sud de Mossoul, est aussi connue pour les massacres commis par le groupe Etat islamique (EI) lorsqu'il occupait cette partie de l'Irak. La réouverture en juin des bains sur les bords du Tigre contribue au retour à la normalité, même si les cicatrices sont encore ouvertes et la reconstruction lente, six ans après que les jihadistes ont été chassés. "J'ai perdu les êtres les plus chers", lâche Hicham Khaled, torse nu et en caleçon, assis près du bassin circulaire. Son père, colonel de police, a été exécuté par l'EI, comme des centaines d'autres dont les corps ont été découverts en novembre 2016 dans un charnier près de la faculté d'agriculture de Hamam alAlil, à quelques centaines de mètres des bains. "Ca me fait mal au coeur. Mon père et moi venions ensemble aux bains. Maintenant, il est parti et moi je suis resté", ajoute l'homme de 21 ans, papa de jumelles. Il est aujourd'hui masseur dans l'établissement et se baigne régulièrement dans ses eaux riches en soufre qui l'ont guéri d'une allergie et de problèmes dermatologiques. Dans les salles carrelées flambant neuves, hommes et enfants profitent d'un moment de détente thérapeutique pour 5.000 dinars (un peu plus de trois euros). En caleçon ou en short, ils remplissent des baquets de cette eau de source verdâtre et chaude et se la versent sur la tête, puis se frottent vigoureusement le corps... malgré l'odeur nauséabonde caractéristique du soufre. Un vieil homme a quitté son fauteuil roulant. On le baigne à grande eau pendant qu'il enchaîne des étirements des bras. L'établissement, construit en 1984, peut accueillir entre 75 et 100 personnes, hommes et femmes disposant de salles séparées. Sur les trottoirs alentour, des étals de fortune proposent des bouteilles en plastique remplies de boue sulfureuse. Salam Adel Hassan a fait le déplacement depuis Bagdad: "J'étais venu il y a 20 ans environ, c'était très rudimentaire, pas comme maintenant. Les rénovations sont réussies, je suis séduit", se réjouit-il. "Mon frère souffre de psoriasis, il n'a pas pu venir. Je vais lui rapporter de l'eau et de la boue", ajoute-t-il. Après la défaite de l'EI en 2017, les bains sont restés très populaires même si le bâtiment tombait en ruine, avec ses carreaux de céramique ébréchés et ses vitres brisées. Pour lui redonner une seconde jeunesse, les autorités ont entrepris en 2019 des travaux pour environ un demi-million de dollars. Les matériaux ont été soigneusement sélectionnés pour résister à l'usure et à l'oxydation que provoque le soufre, explique à l'AFP Ahmed Aziz Ahmed, un adjoint au directeur de l'établissement. "Dès le lendemain de l'inauguration, nous avons commencé à recevoir des groupes de visiteurs de toutes les provinces" d'Irak, s'enorgueillit-il. Des familles de Mossoul mais vivant à l'étranger sont venues ainsi que des touristes britanniques et allemands, ajoute-t-il. Il compare les exactions des jihadistes de l'EI et leur "occupation" aux invasions des Mongols, qui ont pris et pillé Mossoul au 13e siècle. Fin 2016, avant d'être chassés de Hamam al-Alil par l'armée irakienne et une coalition internationale, l'EI a exécuté des centaines de personnes.


Lu 84 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    





Flux RSS
p