Emma Watson rattrapée par le scandale des Panama Papers


Samedi 14 Mai 2016

Emma Watson rattrapée par le scandale des Panama Papers
Emma Watson tenterait-elle d’éviter de payer des impôts ? Le nom de l’actrice de 26 ans a été associé dernièrement au scandale des Panama Papers, selon le Sun. Il a été révélé qu’elle avait acheté une maison d’une valeur de 4 millions d’euros à Londres via une société offshore située dans un paradis fiscal caribbéen.
La propriété a été acquise en 2013 via Falling Leaves Ltd, une entité établie dans les Iles Vierges par le cabinet d’avocats Mossack Fonseca. Un porte-parole de la star d’Harry Potter a cependant expliqué ce choix : si elle a agi ainsi, ce n’est pas pour échapper au fisc, mais pour des raisons de confidentialité.
 «Emma, comme beaucoup de personnes célèbres, a utilisé une société offshore pour protéger son anonymat et sa sécurité […] au Royaume-Uni, les entreprises sont tenues de publier les données privées des actionnaires et ne lui donnent pas l’anonymat nécessaire à sa sécurité personnelle, qui a été compromise par le passé suite à la diffusion publique de telles informations […] Les sociétés offshores ne divulguent pas ces informations. Emma ne bénéficie absolument pas d’avantages financiers – juste de confidentialité », a-t-il expliqué.
Le nom de la jeune femme a émergé d’une liste de 200.000 comptes offshores situés dans 20 paradis fiscaux différents. D’autres célébrités ont également été pointées du doigt, comme Simon Cowell (producteur et juge de l’émission X Factor), Sarah Ferguson (la duchesse d’York) ou encore le père du premier ministre anglais David Cameron.


Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br