Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Elections législatives allemandes: Supériorité des sociaux démocrates


Une longue période de paralysie s’annonce …

Selon les résultats provisoires des élections législatives en Allemagne, annoncés ce lundi, les sociaux démocrates, le centre gauche du SPD dirigé par Olaf Scholz a réalisé le score de 25,7% des suffrages et a ainsi remporté d’une courte tête ce scrutin. Il devance les conservateurs de la CDU, parti de la chancelière Angela Merkel qui doit prendre sa retraite politique. Cette formation, menée par Armin Laschet, accuse un score historiquement très bas de 24%, les conservateurs n’étant jamais tombés sous le seuil de 30%. Il est évident dans ces conditions qu’il s’agit, là, pour ce camp, d’un cuisant revers électoral et politique. Le dilemme, c’est que, compte tenu de la particularité du système politique allemand, les deux camps revendiquent de former le futur gouvernement et s’emploient déjà activement, chacun de son côté, à tenter, autant que possible, de trouver une majorité au Bundestag. Dans ce contexte particulier et assez mitigé, l’Allemagne, longtemps qualifiée de pôle de stabilité, notamment sous l’ère Merkel, entre dans une phase de grandes incertitudes, beaucoup plus imprévisible des suites d’élections législatives aux résultats très serrés, ce qui marquera un temps d’arrêt, voire une absence totale de la première puissance économique de l’Europe sur la scène internationale pendant une longue période, de longs mois, en l’occurrence. A ce propos, l’on doit rappeler qu’à l’issue du scrutin de 2017, les tractations, discussions et parfois tergiversations des partis ont duré six mois pour trouver finalement un gouvernement droite-gauche, consacrant la parenthèse d’une paralysie politique dans le pays, particulièrement en ce qui concerne les questions européennes. Conscients de la contrainte temps imposée par la conjoncture européenne et internationale actuelle, les deux camps, le SPD mais aussi le centre droit disent œuvrer pour une rapide conclusion (avant Noël). «L‘Allemagne prendra la présidence du G7 en 2022», a mis en garde Armin Laschet, c’est pourquoi un nouveau gouvernement doit «venir très rapidement». Par ailleurs, la probabilité de la perspective d’une longue période d’immobilisme «inquiète», d’après l’Agence française de presse (AFP), les partenaires européens, particulièrement au moment de cette phase de turbulences géostratégiques où l’Europe redoute, plus que jamais, une marginalisation géopolitique, commerciale et diplomatique face à la course effrénée et aux rivalités de plus en plus hystériques entre Etats-Unis d’Amérique et Chine. Cela préoccupe particulièrement la France qui assurera dès janvier la présidence semestrielle de l’Union européenne et compte, à cet effet, sur son partenaire de prédilection pour mettre en avant ses aspirations et faire avancer ses priorités sur une Europe beaucoup plus «souveraine». Ainsi, Paris espère avoir «vite» un chancelier allemand «fort» à ses côtés, a déclaré le secrétaire d’Etat français aux affaires européennes, Clément Beaune. Là-dessus, il est à signaler que pendant les tractations d’alliances et de coalition, la chancelière Angela Merkel se contentera d’assurer la continuité des affaires courantes, sans pour autant prendre les grandes initiatives ou émettre les décisions majeures. D’autre part, l’issue du processus des négociations entre les divers protagonistes demeure tributaire de la bonne volonté de deux petits partis, les libéraux du FDP et les écologistes, qualifiés par le quotidien Blid de «faiseurs de roi». Le chef des premiers, Christian Lindner, a, d’ailleurs, estimé dimanche qu’il serait «souhaitable» pour sa formation et les écologistes «de discuter d’abord entre eux» avant de prendre la décision de s’allier avec les sociaux démocrates ou les conservateurs. L’ensemble des directions des différentes formations, susceptibles ou étant en mesure d’intégrer une future coalition, se réunit, dès lundi à Berlin. Des indications et signaux devraient commencer de se distiller quant aux alliances envisageables. 

Rachid Meftah
Lundi 27 Septembre 2021

Lu 1095 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS