Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“El Coro” rafle le Grand Prix du Festival international des écoles supérieures d’art dramatique

Le festival a connu la participation de 11 troupes représentant 9 pays




 La pièce théâtrale mexicaine “El Coro” a raflé le Grand Prix de la troisième édition du Festival international des écoles supérieures d’art dramatique, qui a baissé les rideaux mercredi soir à Rabat. Présidé par le professeur universitaire Ahmed Badri, le jury de cette édition a, par ailleurs, décidé d’attribuer deux prix à la pièce allemande “Draußen vor der Tür” (Dehors devant la porte), de la Bayerische Theaterakademie August Everding de Munich, à savoir le Prix de la Recherche et celui du Meilleur rôle masculin, décerné à Philip Lemke.
L’Ecole nationale supérieure Leon Schiller de cinéma, télévision et théâtre de Łódź (Pologne) a été la plus primée lors de cette soirée, avec trois distinctions. Il s’agit des prix du Meilleur rôle féminin, décerné à Karolina Bruchnicka, de la meilleure scénographie, pour Agata Skwarczyska et de la meilleure mise en scène, revenu à Jakub Kowalski. Le Prix du public est allé, quant à lui, à la troupe de l’académie théâtrale de Rome, Sofia Amendolea. Des trophées ont également été remis aux pays ayant pris part pour la première fois à cette manifestation culturelle, en l’occurrence la Côte-d’Ivoire et le Bénin, ainsi qu’aux membres du jury.
Tenu sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI du 1er au 6 décembre, le Festival international des écoles supérieures d’art dramatique a mis en lice 11 troupes représentant, outre le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Mexique, l’Allemagne, la Pologne, l’Italie, la Norvège et l’Espagne. Dans une allocution de circonstance, le président du jury, Ahmed Badri, a indiqué que les prix ont été décernés sur la base de trois critères, à savoir l’exigence pédagogique soucieuse de promouvoir des capacités créatrices des jeunes talents, l’excellence du choix des styles et la maîtrise des styles d’expression et le choix thématique judicieux “au service du dialogue et de la promotion des valeurs humanistes”.
Dans une déclaration à la MAP à l’issue de la cérémonie de clôture, M. Badri a indiqué que cette manifestation permet d’engager les jeunes à “construire le théâtre et la culture de demain”, tout en soulignant l’apport de ce genre de manifestations pour rayonnement culturel du Maroc.
Selon lui, ce festival s’est développé assez rapidement et a réussi à réunir des pays représentant les continents américain, européen et africain, ce qui a converti les trois scènes ayant accueilli ce festival (Théâtre Mohammed V, salle Kenfaoui et salle Bahnini) en des espaces d’ouverture et de rencontres entre les trois continents. Il s’est également félicité de la bonne ambiance dans laquelle s’est déroulé le festival, marqué par l’organisation d’ateliers de formation et d’un séminaire sur l’échange d’expériences et des méthodes pédagogiques utilisées par les écoles participantes.

M.O.
Samedi 9 Décembre 2017

Lu 1061 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.