Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ecrivain “insaisissable”, Romain Gary entre dans la Pléiade




Ecrivain “insaisissable”, Romain Gary entre dans la Pléiade
Ecrivain caméléon, seul auteur à avoir été récompensé deux fois (sous deux identités différentes, Gary et Ajar) par le prix Goncourt, homme à la vie de légende, Romain Gary, si sensible aux honneurs, fait enfin son entrée dans la Pléiade près de 40 ans après sa disparition. "Ouvrir un livre de Gary, c'est consentir à passer du rire aux larmes" mais aussi "aller à la rencontre d'un homme insaisissable, paradoxal et contradictoire", explique l'universitaire Mireille Sacotte qui a dirigé les deux volumes de la Pléiade consacrés à l'auteur de "La promesse de l'aube". "Il était optimiste de nature et désespéré par constat", ajoute Mireille Sacotte, déjà directrice du volume consacré à Gary dans la collection Quarto de Gallimard, dans l'introduction qu'elle cosigne avec Denis Labouret, spécialiste de la littérature française du XXe siècle. Le tome 1 de la Pléiade (1.536 pages, 63 euros) s'ouvre avec le premier roman publié par Gary, "Education européenne" (1945, couronné par le prix des critiques). Le tome 2 (1.728 pages, 66 euros) se clôt avec son dernier roman "Les cerfs-volants" (1980).
A 35 ans de distance, ces deux livres ont pour sujet la Seconde Guerre mondiale et plus précisément la Résistance, un thème toujours en filigrane dans ses romans. Né Roman Kacew en mai 1914, fils d'un fourreur et d'une modiste de Wilno (actuelle Vilnius, capitale de la Lituanie), ville tour à tour russe, allemande puis polonaise, emmené en 1928 en France par sa mère Mina, Romain Gary sera parmi les premiers à rejoindre le général de Gaulle en 1940. A ceux qui l'interrogeront encore et encore pour connaître sa véritable nationalité, le pilote de guerre, Compagnon de la libération, répondait invariablement: "Ma nationalité, c'est Français libre"... "Gary (Gari!), expliquait-il, veut dire « brûle » en russe à l'impératif. C'est un ordre auquel je ne me suis jamais dérobé, ni dans mon oeuvre, ni dans ma vie".
L'édition de la Pléiade a mis de côté les nouvelles, le théâtre, les articles, les entretiens et les essais de Gary pour ne conserver que ses romans et récits.

Jeudi 16 Mai 2019

Lu 344 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com