Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar : L’USFP est le seul parti marocain à avoir constamment défendu les valeurs social-démocrates, aussi bien en termes de solidarité sociale qu’en matière d’équité fiscale, ou encore de droits et libertés individuels et collectifs

Un nombre grandissant de citoyens adhèrent à notre socle idéologique et comprennent l’importance de la solidarité sociale, de l’Etat de droit, de l’Etat acteur et non seulement observateur


Driss Lachguar : L’USFP est le seul parti marocain à avoir constamment défendu les valeurs social-démocrates, aussi bien en termes de solidarité sociale qu’en matière d’équité fiscale, ou encore de droits et libertés individuels et collectifs
«Nous appelons à une alternance sociale-démocrate parce que nous venons de passer une décennie sous l’emprise d’une mouvance conservatrice, voire rétrograde, qui a fait perdre au Maroc un temps précieux dans sa marche vers le développement et la construction d’un État de droit», a souligné le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar dans un entretien accordé à nos confrères de Jeune Afrique. Il a dans ce sens expliqué que notre pays a besoin d’un État fort et juste, ainsi que d’une société moderne et solidaire. «Or la méthode, les idées et la position du gouvernement des deux dernières mandatures sont allées à l’encontre de cet objectif», a-t-il précisé.

Et d’ajouter : «La crise mondiale induite par la pandémie de Covid-19, avec ses retombées sociales et économiques, a démontré l’urgence de mettre fin aux disparités sociales et territoriales. Elle a également permis de faire émerger un consensus autour de la nécessité de renforcer le rôle de l’État, aussi bien pour soutenir la relance économique que pour protéger les plus vulnérables».

Le dirigeant ittihadi a également affirmé que cette crise a mis en lumière les limites des mécanismes caritatifs ou des mesures de sauvetage, tout en révélant au grand jour la nécessité de structurer et de généraliser l’aide sociale de façon à permettre aux citoyens de vivre dignement et sereinement.

Le leader usfpéiste a fait savoir que l’USFP est le seul parti de l’échiquier politique marocain à avoir constamment défendu les valeurs social-démocrates, aussi bien en termes de solidarité sociale qu’en matière d’équité fiscale, ou encore de droits et libertés individuels et collectifs. «Depuis sa création, notre mouvement a fait de la défense de la classe moyenne et de la lutte contre l’exclusion ses priorités», dit-il. Et de rappeler que la construction d’un État de droit avec des citoyens libres passe par l’élargissement de la classe moyenne, qui, au regard de son niveau d’éducation et de revenus, est un contributeur clé au développement du pays sur les plans économique et social, mais également en termes de stabilité et de sécurité. 

«Non seulement nous avons, toujours et sans faillir, défendu ces principes, mais nous les avons mis en application lorsque nous étions aux affaires. Le gouvernement Youssoufi [1998-2002] a ainsi été à l’origine des mesures renforçant le pouvoir d’achat, de la mise en place de filets sociaux et de la création de l’Assurance maladie obligatoire [AMO]», a indiqué le Premier secrétaire, dans cet entretien réalisé par notre confrère Hassan Toumi.  Et d’ajouter : «S’il y a un parti politique au Maroc qui incarne cette alternance sociale-démocrate, c’est bien l’USFP».

Concernant la situation du parti dans les instances sortantes, Driss Lachguar  a tenu à rappeler qu’avant 2007 l’USFP était en tête, alors que le PJD était 5ème  ou 6ème. Ensuite, en 2011, cet ordre s’est inversé. «C’est l’essence même de l’alternance démocratique», a-t-il martelé.  

Pour ce qui est des chances du parti de la Rose au scrutin du 8 septembre, le leader ittihadi s’est dit confiant. «D’abord parce qu’un nombre grandissant de citoyens adhèrent à notre socle idéologique et comprennent l’importance de la solidarité sociale, de l’État de droit, de l’État acteur et non seulement observateur», a-t-il précisé. Et d’ajouter : «Par ailleurs, la société marocaine a encore évolué, notamment la jeunesse, qui aspire à davantage de liberté et de prise d’initiative. Ce qui est de nature à nous rassurer quant à nos chances aux prochaines élections».

Le Premier secrétaire a également expliqué que l’USFP aborde ce scrutin en position de force sur le plan organisationnel interne. «En effet, durant les cinq dernières années, les militantes et militants USFP ont fourni des efforts colossaux pour s’ouvrir sur les forces vives du pays, intégrer des jeunes, des cadres, des hommes et des femmes porteurs des mêmes valeurs que nous», a-t-il affirmé, avant de souligner que «cet effort a abouti à une meilleure couverture des candidatures – près de 13 000 (un nombre record pour notre parti) –, avec des résultats honorables lors des élections des chambres professionnelles».

Répondant à une question sur la participation du parti au gouvernement aux côtés du PJD, Driss Lachguar a expliqué que le Maroc n’a connu que des coalitions gouvernementales. «Nous sommes un pays qui prône le multipartisme et le pluralisme. C’est une force de notre système politique, contrairement à ce que certains peuvent penser», a-t-il insisté.

Pour ce qui est de la relation entre l’USFP et le PJD, «le fossé idéologique qui sépare les deux partis demeure», a-t-il noté, avant de rappeler que quand l’USFP a choisi d’intégrer le gouvernement El Othmani, il l’a fait avec cinq autres partis, sur la base d’un Pacte gouvernemental. «Malheureusement, le chef du gouvernement [Saadeddine El Othmani] a eu tellement de mal à gérer ses propres troupes que cela a fini par affecter le fonctionnement du gouvernement et de la majorité», a-t-il ajouté, avant de conclure : «Plusieurs volets du pacte gouvernemental n’ont pas été respectés, ce qui fait que nous ne sommes pas disposés à reproduire cette expérience».

Libé
Dimanche 5 Septembre 2021

Lu 915 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS