Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dix-huit films au 9èmeFestival maghrébin du film d’Oujda





S ix longs-métrages et douze courts-métragessont programmés dansle cadre de la compétition officielle de la 9ème édition du Festival Maghrébin du film d’Oujda, dont le coup d’envoi a été donné mercredi sousformat digital en raison des circonstances liées à la Covid-19. Les longs métrages en lice sont «Le droit chemin» du réalisateur algérien Okacha Touita, «Fataria» du Tunisien Walid Tayaa, «Pour la cause» du Marocain Hassan Benjelloun, «La cinquième saison» de l’Algérien Ahmed Benkamla, «La Guérisseuse» du Marocain Mohamed Zineddain et «Vagues brisées» du Tunisien Habib Mestiri. Dans la catégorie des courts métrages, les productions participantes sont «La fausse saison» (Algérie), «Alone» (Tunisie), «Encre ultime» (Maroc), «Dajjal» (Tunisie), «Parfum» (Maroc),«Jamila in the time of hirak»(Algérie), «Ghost of spacetime» (Maroc), «Gone and never back» (Mauritanie), «Alopsy» (Maroc), «Casa ma belle» (Maroc), «True story» (Tunisie) et «The last wave» (Maroc). Le jury de cette manifestation cinématographique, organisée par l’Association Ciné Maghreb, sera présidé par réalisateur, scénariste et producteur marocain Abdeslam Kelai. Né en 1969 à Larache,Abdeslam Kelai a commencé sa carrière de cinéaste en 2003 avec la sortie de son premier court métrage «Happy day». Il compte à son actif le long-métrage «Malak» (2012), plusieurs téléfilms et la série télévisée «Aïn Al Haq». Son dernier long-métrage, «Poissons rouges», devrait sortir au début de l’année 2021, indiquent les organisateurs. M. Kelaisera épaulé parle réalisateur mauritanien Sidi Mohamed Cheiguer, l’actrice algérienne Rym Takoucht, l’actrice tunisienne Aicha Ben Ahmed et le réalisateur libyen Osama Rezg, précise-t-on sur le site web du festival.Outre la compétition officielle, le programme de cette édition comprend notamment deswebinaires autour du thème «Culture et Cinéma après la COVID-19», des ateliers surle maquillage, le scénario et la réalisation et des Master Classes encadrés par les acteurs marocains Rabii Kati et Omar Lotfi et l’actrice tunisienne Aicha Ben Ahmed. Ce festivalse veut un carrefour de rencontres d’artistes, de célébrités, de cinéastes et de cinéphilesissus de divers pays, ainsi qu’une interface d’écoute et d’action contribuant à l’essor culturel de la région, à traversla formation et l’échange de ressources et de compétences spécialisées dans l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel de manière générale.

Libé
Mercredi 25 Novembre 2020

Lu 349 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.