Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Venezuela

Le président vénézuélien Nicolas Maduro est sorti indemne samedi d’une tentative d’attentat à l’explosif lors d’une cérémonie militaire à Caracas, a indiqué le gouvernement.
Le ministre de l'Information, Jorge Rodriguez, a déclaré sur la télévision d’Etat en direct que plusieurs engins ressemblant à des drones avec des explosifs ont explosé près du président, alors qu’il prononçait un discours.  Selon des images de la télévision d’Etat, Maduro a brusquement interrompu son discours à la suite des explosions.
Le ministre de l’Information a indiqué que Maduro était sain et sauf, mais que sept personnes avaient été blessées.
Selon des médias américains, des pompiers près de la scène contestent la version du gouvernement.

Irak

 Une ligne à haute tension alimentant trois provinces du nord de l'Irak a été la cible de huit attaques jihadistes en deux mois, a indiqué dimanche le ministère de l'Electricité, sur fond de crise sociale suscitée notamment par les pénuries de courant.
Vendredi, le ministère a ainsi dû une nouvelle fois réparer la ligne haute tension Kirkouk-Diyala (400 kV) après "des actes de sabotage terroristes (...) qui ont entraîné la coupure de la ligne" et plongé dans le noir des zones des provinces de Salaheddine, de Kirkouk et de Ninive.
La situation est désormais revenue à la normale pour les habitants, a indiqué dimanche à l'AFP une source au sein du ministère. Mais, ces nouveaux dégâts constituent "la huitième attaque visant cette ligne en deux mois", selon le ministère.
L'approvisionnement en électricité est une question cruciale en Irak où, en l'absence de solution radicale depuis des années, les coupures d'électricité sont chroniques. Début juillet, au coeur de l'été avec des températures tutoyant les 50 degrés, la pénurie a provoqué de nouvelles manifestations dans le pays et même coûté son poste au ministre en charge.

Syrie

Le groupe ultraradical Etat islamique (EI) a décapité l'un des dizaines d'otages enlevés le mois dernier lors d'un assaut sanglant à Soueida en Syrie, renouant avec une pratique terrible dans le pays en guerre, selon un média en ligne et une ONG dimanche.
Le 25 juillet, l'EI a lancé des attaques coordonnées dans la province méridionale de Soueida qui ont fait plus de 250 morts, l'un des bilans les plus lourds du conflit. En se retirant vers ses positions aux limites nord de la province, le groupe jihadiste a enlevé une trentaine de femmes et d'enfants alors que 17 hommes sont portés disparus selon le média en ligne Soueida24 et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Ces deux sources ont annoncé l'exécution jeudi par décapitation d'un jeune homme faisant partie de ces otages. Cet étudiant de 19 ans avait été enlevé du village de Chabké avec sa mère, a dit à l'AFP le journaliste Nour Radwan qui dirige Soueida24, citant des proches du jeune homme.
Sa famille a reçu des photos de sa dépouille, ainsi que deux vidéos, la première montrant sa décapitation et la seconde, publiée par Soueida24, où on le voit s'exprimer. Portant un t-shirt noir et assis au sol dans un paysage rocailleux, les mains attachées derrière le dos, il implore les négociateurs de répondre aux "revendications de l'EI", pour éviter que d'autres otages ne subissent son sort.

 

Lundi 6 Août 2018

Lu 439 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.