Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Diagnostic de l’hépatite C: Le premier test 100% marocain permettra de protéger une grande partie de la population


Diagnostic de l’hépatite C: Le premier test 100% marocain permettra de protéger une grande partie de la population
Le premier test 100% marocain de diagnostic de l'hépatite C permettra un dépistage précoce de la maladie ainsi que la protection d’une grande partie de la population, ont affirmé des chercheurs et médecins samedi à Rabat.

Ces scientifiques prenaient part à une réunion organisée à l’initiative de la Fondation MAScIR (Moroccan Foundation for Advanced Science Innovation and Research) sur "l’élimination de l’hépatite C en Afrique, pourquoi et comment?".

Lancés par la start-up Moldiag spin-off industrielle relevant de la Fondation MAScIR, les tests de diagnostic 100% marocains, conformes aux meilleurs standards internationaux, à fort degré d’efficacité et de précision et aux coûts maîtrisés, sont destinés à contribuer à la sécurité sanitaire du Royaume et à fournir aux praticiens et thérapeutes un moyen rapide, efficace et accessible pour renforcer la santé de leurs patients.

Approché par la MAP, l’hépato-gastro-entérologue et ancien professeur à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, Mustapha Benazzouz, a souligné que le lancement, la production et la commercialisation du premier test de diagnostic moléculaire de l'hépatite C constitue une avancée notoire dans le domaine de l'industrie biotechnologique de pointe au Maroc, se félicitant de son efficacité et de son accessibilité à un prix compétitif. Plus de 70 millions de personnes sont infectées par le virus de l’hépatite C dans le monde, dont 10 millions en Afrique, a précisé Pr. Benazzouz.

"Or, seulement 5% des personnes atteintes sur le continent africain sont conscientes de leur statut sanitaire, tandis que le reste de la population malade court un grand risque de développer une cirrhose ou un hépatocarcinome", a-t-il déploré. Le test qRT-PCR de diagnostic de l’hépatite C permettra en effet de traiter les malades et de sauver de nombreuses vies avant l’apparition de complications, a-t-il relevé, notant que les traitements contre l’hépatite C sont efficaces et disponibles d'autant plus qu'ils sont fabriqués au Maroc à des prix accessibles.

Pour sa part, le directeur du centre Kits de diagnostic et dispositifs médicaux de la Fondation MAScIR et directeur scientifique de la start-up Moldiag Abdeladim Moumen, a indiqué que de jeunes chercheurs marocains ont développé ce test de diagnostic qui permettra de quantifier la charge virale et de suivre le patient sur les différents niveaux de la maladie.

Ces tests ont été validés cliniquement au Maroc et à l’international et ont obtenu l’enregistrement réglementaire au Maroc d’un premier lot de tests à base de technologies moléculaires pour le diagnostic et le suivi thérapeutique de la maladie, a souligné Pr. Moumen, notant que cette initiative vise entre autres à soutenir la stratégie nationale de généralisation de la couverture médicale et de l’accès aux soins pour les citoyens marocains.

De son côté, le professeur de médecine de travail Chakib Laraqui a insisté sur l’importance cruciale du dépistage précoce de l’hépatite C, une maladie guérissable et dont les traitements sont disponibles si elle est diagnostiquée dans les temps. L’hépatite C peut atteindre des personnes jeunes et actives, a fait observer le Pr. Laraqui, qui juge nécessaire un dépistage de masse à même de permettre aux porteurs de ce virus silencieux d’être dépistés et traités rapidement. La start-up Moldiag a pour mission de produire, conformément aux normes internationales, et de commercialiser de nouveaux tests de diagnostic moléculaire à usage professionnel et au coût maîtrisé.

Depuis son lancement, elle a commercialisé plus de 2,5 millions de tests PCR de Covid-19 et dispose d’une capacité de production de 6 millions de tests par mois. MAScIR, une institution de recherche appliquée basée à Rabat et Benguerir, fait partie de l’écosystème des laboratoires scientifiques de l’Université polytechnique Mohammed VI. Elle vise à promouvoir et à développer au Maroc des pôles de recherche et développement répondant aux besoins du pays en technologies avancées, notamment dans le secteur de la biologie médicale.

A ce jour, elle a pu déposer près de 190 brevets avec des extensions au niveau régional africain, produire quelque 700 articles scientifiques dans des revues de renommée internationale et mener plus d’une centaine de projets et réalisations auprès d’industriels nationaux et étrangers, montrant ainsi sa maturité et ses capacités en matière de recherche scientifique et appliquée.

Libé
Dimanche 26 Septembre 2021

Lu 956 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS