Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deux femmes meurent suite à une bousculade au passage de Tarajal à Sebta




Les drames se suivent et se ressemblent à Tarajal. Le préside occupé de Sebta vit toujours au rythme d’accidents mortels, au niveau de ce passage à haut risque. Deux «femmes-mulets» s’ajoutent à la liste des personnes décédées, lundi à l’aube, à la suite de bousculades. Hormis les communiqués des autorités de part et d’autre, aucune réaction ni mesure préventive. Depuis 2009, l’on se contente de faire le décompte des femmes mortes. Cette fois-ci encore, une enquête a été ouverte par les autorités compétentes sous la supervision du parquet pour connaître les causes de cet incident mortel, comme le souligne un communiqué des autorités de Mdiq-Fnidaq.
En effet, des dizaines de milliers de personnes, généralement des femmes, appelées péjorativement «femmes-mulets» traversent quotidiennement le poste frontalier de Sebta, dans des conditions assez dangereuses. En plus de lourdes quantités de marchandises transportées, les itinéraires empruntés sont très difficiles. Ces femmes endurent physiquement et psychiquement outre le calvaire qu’elles subissent de la part de la Guardia civil, intraitable.
Mais les bousculades inévitables sont souvent meurtrières. Bien que le passage dit Tarajal ait été récemment ouvert, la situation n’a pas trop changé. La société civile est entrée en ligne pour dénoncer ces conditions, et donc ces catastrophes humaines quotidiennes. «Nous ne pouvons rester passives face à cette situation catastrophique, l’action à mener consiste à exercer une pression sur les Etats marocain et espagnol, afin de résoudre ces problèmes et éviter autant de morts à ce niveau», déclare Mariam Zemouri, actrice associative au niveau de Martil et Tétouan.
L’année dernière, cinq femmes ont trouvé la mort dans des conditions similaires. Les autorités marocaines avaient promis d’ouvrir une enquête à ce sujet, mais sans suite jusqu’à présent.

E.M
Mardi 16 Janvier 2018

Lu 963 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés