Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des spécialistes planchent sur la représentation de la migration dans le cinéma africain

Festival international du film transsaharien de Zagora





Des personnalités issues du milieu académique, cinématographique et des médias ont jeté la lumière, samedi à Zagora, sur les différents aspects liés à la représentation de la migration dans le 7ème art au niveau africain.
S'exprimant lors d'une conférence sur "La représentation du phénomène de la migration dans le cinéma africain", organisée en marge de la 15è édition du Festival international du film transsaharien de Zagora, le scénariste, réalisateur, photographe et anthropologue congolais, David Pierra Villa, a affirmé que les scénaristes africains ont depuis toujours abordé la thématique de la migration dans leurs travaux compte tenu de l'ampleur de ce phénomène au niveau du continent africain. Après avoir cité diverses productions cinématographiques traitant de cette thématique, M. Villa a fait savoir que l'Afrique, et particulièrement les pays appartenant à l'Afrique de l'Ouest, a connu durant les années 60 et 70 plusieurs crises ayant contribué à une montée de la migration, notant que celle-ci constitue une alternative pour les habitants en quête d'un meilleur avenir. Dans une déclaration à la MAP, la présidente de cette 15ème édition, Frieda Ekotto, a souligné l'importance de la migration dans le cinéma africain, précisant que la destination finale des migrants n'est plus les pays du Nord et que l'immigration se fait désormais essentiellement entre les pays du sud. Les raisons derrière cette montée de la migration au niveau du continent africain sont d'ordre économique, compte tenu de l'absence des conditions d'une vie décente, outre les guerres, les conflits régionaux et les tensions politiques, a poursuivi Mme Ekotto qui occupe actuellement le poste de chef du département des études afro-américaines et africaines et de littérature comparée à l'Université du Michigan aux Etats-Unis. Pour sa part, la critique de cinéma française, Catherine Ruelle, a estimé que la migration qui revêt une grande importance de nos jours n'est pas un phénomène récent, faisant savoir que le film de Samed Osman qui relate l'histoire d'une femme africaine ayant immigré en France pour subvenir aux besoins de ses enfants et de sa famille est l'un des premiers films à avoir abordé la thématique de la migration au niveau africain. "Le vrai défi aujourd'hui est que les pays européens n'acceptent plus l'afflux d'immigrants et de réfugiés", a-t-elle dit, soulignant la forte présence de ce défi humanitaire à l'ordre du jour de la communauté internationale, ce qui s'est traduit par l’organisation dernièrement à Marrakech de la Conférence des Nations unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Les organisateurs de la 15è édition du Festival international du film transsaharien de Zagora (13-17 décembre) ont concocté une programmation riche et variée sur l'immigration dans le cinéma africain, le panorama du film marocain ainsi que des programmes relatifs aux enfants.  Placée sous le thème "Cinéma, migration et citoyenneté", cette édition prévoit l'organisation de conférences et d'ateliers thématiques traitant entre autres des scénarios, des films documentaires et des techniques de tournage. 

Lundi 17 Décembre 2018

Lu 743 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.