Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des pluies torrentielles ont fait 66 morts au Japon


Ordre d’évacuation maintenu pour deux millions de personnes



Les pluies diluviennes sans précédent qui se sont abattues sur le Japon ont non seulement fait au moins 66 morts et 60 disparus mais bloquent également dimanche 1.000 personnes dans la ville de Kurashiki, dans l'ouest du pays, dont 100 dans un hôpital, du fait de la brutale crue des eaux dans la région.
Kurashiki, ville de la préfecture d'Okayama qui compte un peu moins de 500.000 habitants, a été la plus touchée par les pluies torrentielles qui ont frappé certaines parties de l'ouest du Japon, représentant un niveau trois fois supérieur à celui des précipitations habituelles pour un mois de juillet.
Des images tournées par la télévision montrent des personnes, apparemment des patients et du personnel médical, perchées sur un balcon de l'hôpital Mabi Memorial dans l'attente des secours. On voit également nombre de voitures dériver dans des eaux boueuses ou encore une personne être sauvée par hélicoptère d'un centre pour personnes âgées.
De 49 morts samedi, le bilan est monté à au moins 66, selon des informations de presse et l'Agence de gestion des incendies et des catastrophes. D'après la chaîne de télévision publique NHK, 60 personnes sont portées disparues. La pluie devrait continuer à tomber sur certaines régions pendant encore au moins un jour.
Les pluies ont provoqué non seulement des crues mais aussi des glissements de terrain. Des personnes se sont retrouvées prisonnières à leur domicile. Certaines ont même dû se réfugier sur le toit de leur maison.
Le gouvernement japonais a mis en place un centre de gestion des urgences au cabinet du Premier ministre. Quelque 54.000 secouristes de l'armée, de la police et des pompiers ont été envoyés dans le sud-ouest et de l'ouest du Japon. 
"Nous n'avons jamais connu ce genre de pluie auparavant", a déclaré un responsable de l'Agence météorologique japonaise lors d'une conférence de presse. "C'est une situation de danger extrême."
Parmi les personnes disparues figure un garçon de neuf ans qui aurait été pris au piège chez lui par un glissement de terrain qui aurait fait au moins trois morts, dont un octogénaire.
"On est sans nouvelle d'un grand nombre de personnes et beaucoup d'autres ont besoin d'aide. Nous travaillons contre la montre", a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe.
Des alertes aux fortes pluies restent en vigueur dans trois préfectures. Quelque 300 mm d'eau devraient tomber lundi matin dans certaines parties de l'île de Shikoku, une des quatre grandes îles de l'archipel nippon.
L'ordre d'évacuation est maintenu pour environ deux millions de personnes, bien que la pluie ait cessé et que les eaux des aux crues se soient retirées dans certaines régions.
Des alertes au glissement de terrain ont été émises dans plus d'un quart des préfectures du pays.
Dans certaines parties de l'ouest du Japon, les routes ont été fermées et les services ferroviaires suspendus. Les trains à grande vitesse Shinkansen ont repris mais en nombres limités après leur suspension vendredi.
Des constructeurs automobiles comme Mazda et Daihatsu Diesel Manufacturing ont suspendu leur activité dans plusieurs de leurs usines samedi en raison d'une pénurie de pièces ou de conditions dangereuses. Ils devaient décider dimanche de la suite à donner pour la semaine prochaine.
Le fabricant d'électronique Panasonic a déclaré qu'une de ses usines, à Okayama dans l'ouest du Japon, avait été fermée. Elle était de toute façon coupée du monde en raison de la fermeture de certaines voies routières. Une décision la concernant sera prise lundi.

Libé
Lundi 9 Juillet 2018

Lu 529 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.