Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des dizaines de migrants arrivent à la frontière USA-Mexique




Des dizaines de migrants arrivent à la frontière USA-Mexique
Plusieurs centaines de migrants d'Amérique centrale, qui ont remonté le Mexique en formant une caravane, se sont regroupés mercredi à Tijuana, à la frontière avec la Californie, avec l'intention d'entrer ce week-end sur le territoire américain, malgré la menace de Donald Trump de les refouler.
La caravane de migrants, qui a progressé de ville en ville à travers le Mexique, est devenue peu à peu un point d'accroc dans les relations entre Washington et Mexico, Donald Trump ayant diffusé une salve de tweets début avril pour presser les autorités mexicaines de bloquer sa progression.
L'arrivée des migrants risque de compromettre les consultations en cours pour renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena), que le président américain menace de déchirer si le Mexique n'endigue pas sur son territoire l'afflux de migrants d'Amérique centrale qui cherchent à atteindre les Etats-Unis.
La secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a déclaré que ses services surveillaient la progression de la caravane et poursuivraient en justice ceux qui entreraient clandestinement aux Etats-Unis.
Les migrants ont commencé à arriver en car mardi dans un centre d'hébergement situé à cinq minutes à pied de la frontière, en vue d'un drapeau américain flottant à un point de passage entre les deux pays.
"Le mur n'a pas l'air tellement haut", a déclaré une adolescente hondurienne de 15 ans, Kimberly George, à la vue des installations frontières, à quelques mètres. "Je veux vraiment traverser".
Les migrants disent avoir quitté le Guatemala, le Salvador ou le Honduras en raison de menaces de mort lancées par des bandes armées, ou bien en raison de l'assassinat de certains membres de leur famille ou de persécutions politiques.
La plupart d'entre eux veulent demander l'asile aux Etats-Unis, selon l'organisateur de cette caravane qui a lieu chaque année pour attirer l'attention internationale sur le problème des migrants qui affluent au Mexique.
Un photographe de l'AFP a constaté à Mexicali, ville située sur la frontière, en face de la ville américaine de Calexico, l'arrivée de deux autocars qui transportaient une centaine de migrants venus d'Amérique centrale.
Ces migrants avaient entamé leur voyage le 25 mars à Tapachula, ville du sud du Mexique proche de la frontière avec le Guatemala. La caravane, appelée Viacrucis Migrante, était partie en direction du nord, forte de plus de mille migrants sans papiers.
"Ceux qui arrivent à la frontière vont demander l'asile aux Etats-Unis", a déclaré à l'AFP Ireneo Mujica, directeur de l'association Pueblo sin Fronteras, qui organise la caravane des migrants depuis 2010.
Ceux qui sont arrivés à Mexicali ont commencé à marcher vers Tijuana, en face de la ville américaine de San Diego. Et trois autres autocars transportant des migrants centre-américains sont attendus à la frontière dans les prochaines heures.
M. Mujica se trouve à Hermosillo, à 270 kilomètres de la frontière américaine, avec plusieurs autres centaines de migrants.
"Il reste environ 600 Centre-Américains" de la caravane initiale, a-t-il dit. "La moitié vont rester au Mexique, nous les accompagnons dans leurs démarches de demande d'asile".
En avril, les images de la caravane de migrants se dirigeant vers les Etats-Unis avaient suscité la colère de Donald Trump et une forte tension entre Washington et Mexico.
M. Trump, dont l'un des principaux thèmes de campagne était la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l'immigration clandestine, avait ordonné le déploiement sur la frontière de troupes de la Garde nationale.
Il avait aussi soumis la conclusion d'un nouvel accord de libre-échange en Amérique du Nord à un renforcement des contrôles migratoires par le Mexique, une condition rejetée par le président mexicain Enrique Pena Nieto.

Vendredi 27 Avril 2018

Lu 415 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com