Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des chasseurs et bombardiers américains survolent la péninsule coréenne

Washington fait monter la pression sur Pyongyang




Quatre chasseurs furtifs et deux bombardiers américains ont survolé lundi la péninsule coréenne dans une démonstration de force après les derniers essais nucléaire et balistique nord-coréen, a annoncé le ministère sud-coréen de la Défense.
Quatre chasseurs F-35B et deux bombardiers B-1B ont volé au-dessus de la péninsule pour "démontrer les capacités de dissuasion de l'alliance américano-sud-coréenne contre les menaces nucléaire et balistique nord-coréennes", a précisé le ministère dans un communiqué.
Il s'agit des premiers vols américains dans cette zone depuis que le Nord a réalisé le 3 septembre son sixième essai nucléaire et envoyé un missile balistique au-dessus du Japon vendredi.
Les avions américains ont pris part avec quatre chasseurs sud-coréens F-15K à un "entraînement de routine", précise le ministère qui ajoute que les deux alliés réitéreront ce type d'exercice.
Les derniers vols de l'armée de l'air américaine dans le ciel coréen remontaient au 31 août.
L'administration de Donald Trump a martelé dimanche qu'elle profiterait de l'Assemblée générale des Nations unies cette semaine pour exiger la pleine application des sanctions internationales contre la Corée du Nord, menaçant celle-ci de "destruction" si elle continuait de provoquer Washington et ses alliés.
Les tensions ont augmenté au début du mois quand Pyongyang a revendiqué le test réussi d'une bombe à hydrogène, après avoir lancé en juillet deux missiles balistiques intercontinentaux.
Le Conseil de sécurité des Nations unies a voté lundi dernier un huitième train de sanctions pour contraindre Pyongyang à renoncer à ses programmes balistique et nucléaire interdits.
Cela n'a pas dissuadé la Corée du Nord de tirer vendredi un missile au-dessus du territoire japonais.
Dimanche,  l'administration de Donald Trump a martelé qu'elle profiterait de l'assemblée générale des Nations unies pour exiger la pleine application des sanctions internationales contre la Corée du Nord, menaçant celle-ci de "destruction" si elle continuait de provoquer Washington et ses alliés.
"L'enjeu crucial va être de faire appliquer les sanctions par tous les pays, afin qu'ils fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour résoudre ce problème, sans aller jusqu'au conflit militaire", a expliqué dimanche le général H. R. McMaster, conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump, sur la chaîne ABC.
Par "tous les pays", les Américains désignent principalement la Chine et la Russie, deux pays liés économiquement à l'Etat reclus, et avec qui ils partagent une frontière.
"Toutes les options sont sur la table", a aussi prévenu le général, une formule diplomatique utilisée pour qualifier l'action militaire.
L'ambassadrice américaine à l'ONU a pour sa part été encore plus tranchante pour inciter la Corée du Nord à plier.
"Nous savons tous que si la Corée du Nord garde ce comportement agressif, et que si les Etats-Unis doivent se défendre ou défendre leurs alliés, la Corée du Nord sera détruite", a tonné Nikki Haley sur CNN. "Personne ne le souhaite, personne ne souhaite la guerre", a-t-elle ajouté.
L'été a vu Pyongyang procéder à son sixième essai nucléaire et à plusieurs tirs de missiles intercontinentaux. Le dernier tir a eu lieu vendredi, le missile passant au-dessus du Japon. Un acte de défi quelques jours après l'adoption par le Conseil de sécurité d'une huitième volée de sanctions contre le pays.
Donald Trump et son homologue sud-coréen, Moon Jae-In, se sont entretenus sur ce sujet samedi et se sont mis d'accord pour "exercer une pression plus forte et plus concrète" sur la Corée du Nord.

Mardi 19 Septembre 2017

Lu 634 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés