Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

David Fisher: Nous soutenons fortement le plan d’autonomie



Ambassadeur des Etats-Unis au Maroc



La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un développement naturel de la position constante des administrations US depuis les années 2000

La reconnaissance par les EtatsUnis d'Amérique de la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara est un "développement naturel" des positions constantes des administrations US depuis le début des années 2000, a affirmé, lundi à Rabat, l’ambassadeur américain, David Fischer. Intervenant lors d'un point de presse organisé à la veille de la fin de son mandat au Maroc, il a rappelé que l’administration Clinton avait enclenché la réflexion sur une solution, alors que l’administration Obama avait commencé à inclure le Sahara dans le programme d’assistance au Maroc, ajoutant que la décision américaine de reconnaître la marocanité du Sahara est ainsi "un développement tout naturel". Interrogé sur l’éventuelle position de l’administration du président-élu, Joe Biden, vis-à-vis du Sahara, il a dit être "convaincu que nous en serons tous satisfaits". David Fischer s'est, par ailleurs, dit "très honoré" d’avoir été le premier ambassadeur américain à visiter le Sahara marocain, après que l’administration US a retracé la carte officielle du Royaume pour reconnaître ses "véritables frontières", soulignant qu’il apprécie à sa juste valeur "la place spéciale que le Sahara occupe dans le cœur de tous les Marocains". "Nous soutenons fortement le plan d’autonomie, et nous travaillerons avec les Nations unies et toutes les parties prenantes afin d’obtenir le résultat escompté", a déclaré le diplomate, affirmant que "plusieurs pays en Europe croient fermement que les Etats-Unis et l'ONU finiront par trouver une solution" à la question du Sahara marocain. Il y a, cependant, un processus à suivre pour aller de l’avant, a-t-il relevé. Revenant sur les relations marocoisraéliennes, David Fischer a fait remarquer que les derniers développements dans ce sens "sont le fruit d’un travail de longue haleine", ajoutant que les équipes des deux pays travaillent d'arrache-pied pour l'ouverture des ambassades respectives des deux pays une fois les formalités administratives et législatives remplies. Il a, par ailleurs, souligné que la question israélo-palestinienne doit être abordée "avec beaucoup de tact". "Tout le monde s’accorde à soutenir la résolution à deux Etats afin d’aller de l’avant. Nous sommes impatients de voir un progrès dans ce sens, et d’examiner de nouvelles idées, et nous soutenons l’ONU dans ces processus", a-t-il dit. Il a également précisé que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a jeté les fondations d’un partenariat encore plus étroit avec les Etats-Unis, a affirmé, lundi à Rabat, l’ambassadeur américain au Maroc, David Fischer. "Je tiens à remercier Sa Majesté le Roi pour les bases qu'il a jetées pour guider l'amitié américano-marocaine vers un partenariat toujours plus étroit", a-t-il noté. Le diplomate s’est dit “honoré” d’avoir servi dans un pays qu’il a qualifié de “l'un des plus merveilleux, des plus beaux, des plus hospitaliers au monde”, rappelant que le Royaume est, de surcroît, “l'un des plus importants et des plus anciens amis des Etats-Unis d'Amérique”. L'avenir du partenariat américanomarocain est aujourd’hui “plus fort que jamais”, et “ne peut que se renforcer davantage”, s’est réjoui l’ambassadeur, soulignant que “les relations entre les deux pays seront entre de bonnes mains”. David Fischer s’est dit “100 pour cent convaincu” que la nouvelle administration du président entrant Joe Biden désignera une personne “hautement qualifiée pour occuper ce poste d'ambassadeur”, que les relations bilatérales "ne feront que croître et prospérer ensemble comme elles l’ont fait pendant plus de deux siècles''. Revenant sur le soutien US au Maroc pour faire face à la pandémie de Covid-19, il a rappelé que le gouvernement américain a investi, par le biais de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), “plus de 9,5 millions de dollars dans la réponse du Maroc à la pandémie de Covid-19”. Sur le plan de la sécurité, une question sur laquelle Rabat et Washington sont devenus des “partenaires encore plus proches”, les deux pays ont signé, en octobre 2020, une feuille de route de 10 ans définissant “la coopération en matière de défense, symbole de notre partenariat stratégique à long terme”, a indiqué David Fischer. L’ambassadeur s’est également arrêté sur la coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation et de la culture, rappelant que les deux parties ont œuvré ensemble pour préserver “le patrimoine culturel inégalé du Maroc”, notamment la signature d’un accord visant à protéger “les objets culturels marocains contre le vol et la contrebande". “La culture marocaine est incroyablement riche, et les Etats-Unis sont fiers d'aider les générations futures à vivre l'histoire culturelle du Maroc dans son intégralité”, a dit le diplomate

​Nasser Bourita s'entretient avec son homologue yéménite

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, s’est entretenu, lundi par visioconférence, avec le ministre des Affaires étrangères et des Expatriés de la République du Yémen, Ahmed Awad bin Mubarak. Il a, en l'occasion, réitéré ses félicitations à son homologue yéménite à l'occasion de sa nomination en tant que ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, tout en lui exprimant l'appréciation et le soutien du Royaume du Maroc au nouveau gouvernement yéménite. Nasser Bourita a formulé le souhait que ce gouvernement puisse s'acquitter de ses missions dans les meilleures conditions, afin de servir les intérêts du peuple yéménite frère et soulager ses souffrances, rapporte le communiqué. Au cours de ces entretiens, le ministre a affirmé son soutien aux efforts internationaux visant à préserver l'unité du Yémen, sa stabilité et sa souveraineté nationale. Le ministre yéménite a, pour sa part, réitéré la position de son pays en faveur de la marocanité du Sahara et de l'initiative d'autonomie, comme seule base pour résoudre ce conflit régional. Les entretiens ont également porté sur le

Libé
Mardi 19 Janvier 2021

Lu 496 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.