Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Cri de l’âme” retrace l'apport de l'Aïta dans l'histoire contemporaine du Maroc





Le film "Cri de l’âme" du réalisateur marocain Abdelilah Ejaouhari, projeté mercredi dans la catégorie "long métrage" de la compétition officielle de la 24ème édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan, revisite le rôle de l'art de l'Aita tout au long de l'histoire contemporaine du Maroc.
Ce film de 95 minutes raconte des histoires différentes qui jettent la lumière sur une période décisive et déterminante de l'histoire du Royaume, tout en mettant en avant le patrimoine musical authentique national, notamment l'art de l'Aita. Les chansons du film ont été interprétées par l'artiste populaire Hajib.  Le long métrage se situe au début des années 70 et raconte l'histoire de Driss qui, après des études de philosophie à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, rejoint les rangs de la police. Il est affecté à Khouribga où il sera confronté à un mouvement idéologique. Au fur à mesure que les évènements se développent, Driss fait la connaissance de Cheikh Errouhani et Chikha Ezzouhra qui vont lui faire découvrir l’art de la chanson populaire El Aita, les vertus de la sagesse, de la sincérité et de l'engagement.
Les choses prennent une toute autre tournure lorsqu'il se retrouve face à un meurtre aux mobiles inconnus.  Pour tourner son film dont le scénario a été écrit par Othmane Achekra, Abdelilah Ejaouhari s’est entouré d’un casting de renom composé notamment de Saida Baâddi, Mohamed Errzine, Salah Dizan, Jihan Kamal et Abdelhak Belmjahed. Le premier rôle est interprété par Youssef Arabi.
Natif de Fès, Abdelilah Ejaouhari est réalisateur, journaliste, critique de cinéma et scénariste. Il est titulaire d’un diplôme d’études approfondies en littérature moderne de la Faculté des lettres de Fès en 1991. Il est aussi membre de plusieurs associations culturelles et cinématographiques.

Samedi 31 Mars 2018

Lu 725 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.