Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture à Taza de la 2ème édition du Festival international du cinéma de la diversité





Clôture à Taza de la 2ème édition du Festival international du cinéma de la diversité
Le rideau est tombé, samedi soir à Taza, sur la 2ème édition du Festival international du cinéma de la diversité, qui s’est déroulée du 22 au 27 juillet, avec comme invité d’honneur le Canada.
La cérémonie de clôture a été marquée par la remise du Grand Prix Tazekka du festival au film "Un œil sur Juliette", du réalisateur Kim Nguyen, lequel long métrage, s'est vu, également, décerner le prix du jury pour le meilleur tournage.
Ce film de 90 minutes est un drame romantique qui relate l’histoire d’une rencontre improbable entre Gordon, un opérateur d’hexapode et Ayusha, une jeune femme originaire du Moyen-Orient.
Travaillant pour une firme de sécurité, le jeune homme opère des hexapodes, ou robots de surveillance, qui quadrillent le parcours d’un pipeline situé au Moyen-Orient. Un jour apparaît sur son moniteur Ayusha, une jeune femme qui compte fuir avec son amant avant que ses parents la marient de force à un autre homme. Ému par le sort d’Ayusha, qu’il a surnommée «Juliette», Gordon décide de l’aider par l’entremise des hexapodes.
Le prix Tazekka de la réalisation est, quant à lui, revenu au réalisateur Anas Tolba pour son film "Entre deux mers", alors que le prix Tazekka du scénario a été décerné au même film.
Ainsi, le prix Tazekka du premier rôle féminin est revenu à l’actrice Fadwa Taleb dans le film "Les saisons de la soif", tandis que le prix Tazekka du premier rôle masculin a été attribué à l’acteur Mehdi Bellam, dans le long métrage "Tazekka", qui a également remporté le prix Tazekka de la diversité.
Dans une déclaration à la MAP, le directeur du festival, Mohamed Belghouate, a souligné que le bilan de cette édition est satisfaisant, du fait que le festival est à ses débuts, notant qu’il a été caractérisé par la projection d’une panoplie de films marocains et étrangers, représentant ainsi la diversité culturelle.
De même, M. Belghouate a fait savoir que le jury a été composé de membres de grand calibre et présidé par la figure de la réalisation cinématographique au monde arabe Ali Badr Khan, ayant une expérience de taille dans le domaine, précisant que ses films ont remporté des prix à l’international au cours de ces deux dernières années.
Cette édition a été également marquée par la première rencontre du cinéma de l’enfant, a-t-il poursuivi, indiquant qu’elle est une expérience inédite à travers laquelle les générations montantes peuvent se doter de techniques et d’outils de base en cinéma.
Cet événement à vocation cinématographique a été marqué par des hommages, le premier posthume rendu à feu Mohamed Guessouss, au réalisateur égyptien et président du jury de cette édition, Ali Badr Khan et aux réalisateurs canadiens du long métrage "Taza" (2012) Daniel et Christin Gervais. 

Libé
Mardi 30 Juillet 2019

Lu 920 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Avril 2021 - 04:28 Bientôt une suite du film Downton Abbey