Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chambre des Conseillers : La FDT vote contre la loi de Finances




La Chambre des conseillers a adopté mardi 12 décembre 2008, par 65 voix pour et 27 contre, le projet de loi de Finances 2009 après son adoption  en novembre dernier par la Chambre des représentants. Le texte, qui comprend 50 articles, a été approuvé, lors d'une séance plénière.
Auparavant, les conseillers avaient adopté la deuxième partie du projet de loi de Finances 2009 relative aux dépenses, alors que les projets des budgets sectoriels ont été adoptés par les commissions concernées. La première partie du projet de loi concernant les ressources a été approuvée lundi soir à la majorité par la Chambre des conseillers.
Lors des débats, certains groupes ont exprimé leur inquiétude quant à la capacité du projet de loi de Finances 2009 à faire face à la crise financière internationale et à celle du gouvernement à honorer ses engagements  suite à cette conjoncture internationale difficile.
Le  Groupe fédéral de l'unité et de la démocratie, constitué dernièrement par la FDT à la Chambre des conseillers et  qui a voté contre, est convaincu que ce projet ne répond pas aux attentes de la classe ouvrière marocaine, que ce soit au niveau des mesures financières ou fiscales, à même de la soutenir en tant que partie génératrice de richesses, a déclaré  Abdelhamid Fathi, président du Groupe. Ce projet, a-t-il noté également, n'est pas en mesure de faire de cette classe un acteur principal dans tous les domaines liés au développement humain, alors que la législation en vigueur ne permet pas de défendre  ses acquis et ses droits. 
Le projet de loi de Finances n'est pas un texte isolé, mais doit être placé dans son contexte politique, économique et social et prendre en considération les préoccupations des citoyens en général et de la classe ouvrière en particulier, a-t-il souligné.
Ce projet n'accorde pas l'importance nécessaire aux couches moyennes en tant qu'élément fondamental dans l'équilibre de la société, a indiqué Abdelhamid Fathi.
A la lumière de ce projet et des réunions tenues jusque-là, les perspectives du dialogue social  ne sont guère prometteuses  et ne répondent pas au minimum des revendications des ouvriers, a-t-il conclu. 
Le ministre de l'Economie et des Finances, Salah Eddine Mezouar, a assuré que le gouvernement honorera ses engagements et ne renoncera pas aux réformes engagées, notamment dans le domaine de la fiscalité.
Il a également souligné  la détermination du gouvernement à préserver les équilibres sociaux à travers la poursuite des grands chantiers dans les  secteurs de l'éducation, de la santé et de l'habitat.


Larbi Bouhamida
Jeudi 25 Décembre 2008

Lu 688 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com