Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bruxelles vibrera aux rythmes de Casablanca en février prochain




Le Festival Moussem Cities, le Centre nomade des arts et ses partenaires bruxellois mettent à l’honneur cette année la ville de Casablanca tout au long du mois de février prochain par une programmation artistique et culturelle qui mènera le public belge dans un voyage à travers cette métropole au carrefour de la tradition et de la modernité.  Casablanca a été choisie de par sa position en tant que ville marocaine qui “joue aujourd’hui un rôle vital dans la société arabe contemporaine grâce à sa dynamique artistique”, affirment les organisateurs de cette manifestation qui promettent une programmation qui offrira un regard sur la ville et son œuvre par le biais des performances de ses artistes, penseurs et créateurs. “Cette ville cosmopolite est très représentative de ce Maroc qui bouge, qui évolue et se développe avec la richesse de sa culture, son projet sociétal moderniste et la vitalité de sa jeunesse", confie à la MAP, le directeur du Festival Mohamed Ikoubaan. Après les éditions autour de Tunis et de Beyrouth, le festival Moussem Cities que dirige le Marocain Mohamed Ikoubaan invite le public belge et international à découvrir les merveilles de cette ville cosmopolite. Les différentes activités qui sont au programme de cette manifestation se dérouleront dans les maisons de culture bruxelloises partenaires, à savoir le théâtre flamand “Kaaitheater”, le Bozar, De Vaartkapoen, De Markten et au centre du festival, Le Space.
Le festival verra l’organisation d’expositions qui mettront aux cimaises les oeuvres d’artistes qui ont Casablanca en partage et qui mettent en valeur l’énergie créative de la ville, ainsi que des spectacles de chorégraphie et des concerts de musique animés notamment par Nabil Benabdeljalil et l’ensemble Boho Strings dirigé par David Ramael qui interprètera une création composée spécialement pour le festival intitulée “ Tableaux de Casablanca” inspirée de l’ Ayta et de la tradition andalouse et amazighe. Le public aura rendez-vous également avec les artistes Khadija El Bidaouia et Abderrahim Souiri qui interpréteront des chansons puisées dans le répertoire chaabi et arabo-andalou marocain, ainsi que Karima Skalli et l’Ensemble Rachid Zeroual pour un voyage à travers la musique arabe classique, sans oublier une séquence détente avec Diwan Ennas et Hoba Hoba Spirit. 
La séquence théâtre et cinéma n’est pas en reste puisqu’elle verra la programmation de la pièce “Ma ville m’a tuer” d’Asmaa Houri et les longs métrages de Nabyl Ayouch “Razzia” et “Zero de Nour Eddine Lakhmari. Pour les mordus des soirées littéraires, le festival a prévu un duel entre les écrivains Youssef Fadel et Réda Dalil et d’autres rencontres entre poètes, romanciers et journalistes autour de la ville de Casablanca, son histoire, son évolution vers la modernité, son ancrage dans la tradition et les  valeurs ancestrales, sans omettre d’aborder ses contradictions et ses ambitions. 

Libé
Lundi 25 Décembre 2017

Lu 953 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.