Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Brigitte Macron abasourdie par un détail à l’Elysée à son arrivée




Al’image de Bernadette Chirac en son temps, Brigitte Macron s’est approprié les lieux. Lorsqu’elle est arrivée à l’Elysée avec Emmanuel Macron, au mois de mai 2017, la Première dame a été interloquée par un détail. Si le palais présidentiel était resté dans son jus, ce qui lui donnait beaucoup de charme, il était selon elle nécessaire de s’attaquer aux tentures et tapisseries, qui n’avaient pas été nettoyées depuis cinquante ans, comme le précisait Le Point dans un article datant de 2017. “Effarée”, l’épouse du président de la France a ainsi entrepris un grand ménage, “profitant de l’occasion pour renvoyer certains trésors dormir au dépôt ; idem pour les rideaux obscurcissant la pièce”, rapportaient nos confrères à l’époque. L’année de l’accession d’Emmanuel Macron au sommet de l’Etat, les Français ont découvert que le bureau du président avait été modernisé. Un changement de décoration qui ne s’est pas limité à une seule pièce, bien au contraire. Toujours selon Le Point, Brigitte Macron aurait “passé en revue les 6.000 pièces du mobilier de l’Elysée et en a fait changer une centaine”. En effet, l’épouse du chef de l’Etat a fait de la modernisation du palais présidentiel son cheval de bataille. Franck Riester a d’ailleurs déjà laissé entendre que la Première dame avait fait de l’Elysée “un véritable showroom”. Amatrice d’art et de décoration, Brigitte Macron s’est même rendue dans les réserves du Mobilier national, et plus précisément à la Manufacture des Gobelins, pour visiter des ateliers et voir quelles pièces l’intéressaient pour redécorer l’Elysée. “Depuis Claude Pompidou, on n’avait plus vu de Première dame fouler les pavés de la Manufacture des Gobelins”, avait même précisé L’Obs dans son numéro paru le 9 janvier 2020. Parmi l’un des chantiers phares, la salle des fêtes de l’Elysée, datant du XVIIIème siècle. Ces travaux ont duré plusieurs mois et ont fait couler beaucoup d’encre en raison de leur coût. Entreprise à la fin du mois de novembre 2018, avec d’autres travaux de rénovation au 55, rue du Faubourg Saint-Honoré, la pose seule de la moquette avait été chiffrée à 300.000 euros. En janvier 2019, dans les colonnes du Monde, Brigitte Macron confiait au sujet de cette rénovation : “On avait l’impression que l’Elysée était devenu une forteresse qui se protégeait de l’extérieur. On va alléger, épurer. Il faut que la lumière entre.” Le rouge empire et l’or ont finalement laissé place à une variation de gris, agrémentée de dorures, donnant un résultat lumineux, qui a “ravi” la principale intéressée.

Libé
Vendredi 2 Octobre 2020

Lu 485 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 24 Octobre 2020 - 02:54 Premier achat de riche de Gad El Maleh

Vendredi 23 Octobre 2020 - 23:59 Billie Eilish promet un nouveau single pour novembre