Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture





Tom Cruise
Tom Cruise, star de la série de films d'action "Mission: Impossible", a étourdi la conférence CinemaCon en démontrant ses talents de cascadeur, qui lui ont valu d'être blessé pendant le tournage, tandis que le studio Paramount révélait plusieurs suites de gros succès à venir. A Las Vegas pour la conférence annuelle des studios dévoilant les titres qui sortiront ces prochains mois, la vedette de 55 ans a présenté mercredi soir le sixième opus de la série d'espionnage, "Mission: Impossible - Fallout" ou "M:I6", tourné en grande partie à Paris.
Il a passé une demi-heure à revenir sur la cascade la plus vertigineuse du film, diffusée pour l'assemblée du CinemaCon - des exploitants de salles obscures et des journalistes - sous différents angles. Il s'agit d'un saut en parachute à 9.000 mètres à une vitesse de 340 km/h au beau milieu duquel il attrape le personnage joué par Henry Cavill. Cruise, plus de 50 films à son actif, s'est brisé une cheville durant une autre cascade du tournage, un saut entre deux immeubles, quand son pied a atterri trop fort contre un mur.

Ken Loach
Ken Loach a été fait jeudi "Docteur Honoris Causa" de la prestigieuse Université libre de Bruxelles (ULB) malgré les protestations d'universitaires et de représentants de la communauté juive de Belgique accusant le cinéaste britannique d'être antisémite et négationniste. Ken Loach s'est défendu bec et ongles contre ces accusations en réaffirmant qu'il rejetait l'antisémitisme et le négationnisme.  
"Je trouve un peu choquant d'avoir à faire cette déclaration sur ces allégations parce que toute ma carrière et tous les films que j'ai faits visaient à défendre les droits de l'Homme et (...) la justice sociale", a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse.
Le Premier ministre belge Charles Michel avait alimenté la controverse au cours d'une visite mercredi soir à la Grande synagogue de Bruxelles. Le dirigeant libéral francophone avait en effet regretté à mots couverts, au nom du combat contre l'antisémitisme, ces honneurs rendus au cinéaste, double Palme d'Or à Cannes. "Notre fermeté doit être totale. Aucun accommodement avec l'antisémitisme ne peut être toléré. Quelle que soit sa forme. Cela vaut aussi pour ma propre alma mater", avait estimé M. Michel.

Libé
Vendredi 27 Avril 2018

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.