Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Livre

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a examiné et adopté le projet de décret 2.18.90 modifiant et complétant le décret N 2.05.830 portant création du Prix du Maroc du livre.
Présenté par le ministre de la Culture et de la Communication, ce texte vise à augmenter, de six à neuf, le nombre des catégories récompensées par le Prix du Maroc du livre, en ajoutant trois nouvelles catégories, à savoir le Prix d’encouragement à la création littéraire amazighe, le Prix d’encouragement aux études dans le domaine de la culture amazighe et un troisième Prix pour les livres dédiés aux enfant et aux jeunes, et ce conformément aux dispositions de la Constitution et dans l’objectif d’accorder à la langue amazighe le statut qu’elle mérite dans le champ culturel national, a souligné le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Prix

La cérémonie de remise des prix à des artisans et jeunes écoliers lauréats du concours “Xico” a été organisée jeudi à Marrakech, à l’initiative conjointe de l’ambassade du Mexique à Rabat, du secrétariat d’Etat chargé de l’Artisanat et de l’Economie sociale, de l’Institut Cervantès de la cité ocre ainsi que du groupe mexicain “Pineda Covalin”.
Ce concours qui vise à promouvoir le respect et la rencontre entre les cultures du Mexique et du Maroc, s’insère dans le cadre du renforcement des liens culturels entre ces deux pays, indique un communiqué de la représentation diplomatique du Mexique au Maroc.
Et de poursuivre que plus de 80 artisans et une centaine d’élèves des écoles “Noha” et “Sakina” de la cité ocre ont pris part à ce concours.

Exposition

La Fondation Jardin Majorelle présente du 23 février au 22 avril prochain, dans la salle d’exposition temporaire au Musée Yves Saint-Laurent à Marrakech, une exposition d’œuvres artistiques du célèbre couturier marocain Noureddine Amir sous le thème “Robes sculptures”.
Dans cette exposition, cet artiste montre des “robes sculptures” réalisées à partir de matériaux bruts (laine, raphia, toile de jute et soie).
Le couturier marocain s’imprègne de l’héritage et du savoir-faire ancestraux marocains qu’il décline et renouvelle dans son travail.
Telles des sculptures, les œuvres de Noureddine Amir trouvent leur genèse dans des matières brutes et organiques originaires du Maroc qui en déterminent les formes.
“Laine, raphia, toile de jute et soie sont choisis avec soin, puis apprivoisés fil par fil avant de subir une métamorphose”, indique le philosophe et critique d’art, Moulim El Aroussi, dans la brochure présentant l’exposition, faisant remarquer que les matières et tissus sont teints au henné, à la peau de grenade sèche ou à l’indigo.

Samedi 24 Février 2018

Lu 292 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.