Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Tarantino
Quentin Tarantino a admis que le grave accident de voiture subi par son actrice fétiche Uma Thurman sur le tournage de "Kill Bill: Vol.2" en 2004 est "l'un des plus grands regrets" de sa vie. Dans un entretien au magazine Deadline mis en ligne lundi, le metteur en scène s'est défendu d'avoir volontairement mis en danger son égérie en la forçant à conduire une voiture en mauvais état sur une route sinueuse, au lieu d'utiliser un cascadeur.
L'actrice avait été sérieusement blessée aux jambes et au cou en percutant violemment un arbre. "Elle devait juste conduire, aucun d'entre nous ne pensait que c'était une cascade", assure Quentin Tarantino, admettant toutefois qu'"on aurait peut-être dû, mais on n'y a pas pensé". Il raconte avoir lui-même fait un essai avec la voiture en roulant sur la portion de route que l'actrice doit parcourir entre 50 et 70 km/h. "C'est tout droit, pas de descente, pas de virage caché", assure-t-il. Sauf qu'il décide finalement de filmer la scène dans l'autre sens car la lumière semble meilleure. Il admet avoir fait "l'une des plus grosses erreurs" en ne faisant pas de nouvel essai. Car la route fait un virage en S et la voiture devient incontrôlable à cause de la caméra installée dans le coffre.

Houda Kabbaj
L'artiste-photographe Houda Kabbaj a accroché, vendredi soir à So Art Gallery de Casablanca, ses œuvres photographiques en noir et blanc, où la jeune artiste tente avec brio de refléter la relation étroite entre le végétal et l’humain. Baptisée "Immanence", l'exposition propose au public de découvrir, du 2 février au 2 mars, une vingtaine de clichés grands formats en noir et blanc mélangeant le familier et l’inhabituel du mythe de la femme dans le monde végétal. Au sujet de ses prises, la jeune artiste a souligné, dans une déclaration à la MAP, que "chaque prise de vue est unique, ancrée dans le moment et guidée par mon instinct", révélant qu’elle porte un intérêt particulier au milieu végétal et à son langage qu’elle qualifie d’"invisible".
Née à Casablanca en 1985, la photographe Houda Kabbaj est diplômée de l’Ecole spéciale d’architecture à Paris. Elle participe à plusieurs expositions collectives d’artistes marocains notamment au Forum économique mondial à Davos en Suisse en 2009, au Festival bi-annuel international de la photographie à Amsterdam en 2013 et au Musée de la Palmeraie lors de la Biennale de Marrakech en 2016.

Jeudi 8 Février 2018

Lu 352 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.