Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Woody Allen
Il avait jusqu’ici été épargné par le mouvement #Metoo. Mais à 82 ans, Woody Allen se retrouve dans la tempête des accusations de harcèlement sexuel, plusieurs célébrités refusant de travailler avec lui tandis que sa fille adoptive relançait ses accusations d’abus sexuels. Le réalisateur new-yorkais, l’un des plus prolifiques de l’histoire du cinéma avec une cinquantaine de films réalisés en autant d’années de carrière, avait globalement échappé jusqu’ici aux foudres du mouvement anti-harcèlement qui a fait tomber ou a ébranlé de nombreux acteurs et réalisateurs depuis les révélations contre le producteur Harvey Weinstein: de Kevin Spacey à Brett Ratner, en passant par Dustin Hoffman ou James Franco. Mais cette semaine, la tempête le menace à son tour, alors que refont surface des accusations de sa fille adoptive Dylan Farrow, qui l’accuse depuis 1992 d’avoir abusée d’elle sexuellement quand elle avait sept ans.

Tom Jones
Cette triste histoire fait la couverture des tabloïds anglais. Comment l’un des chanteurs les plus riches et appréciés de Grande-Bretagne peut-il faire preuve de tant de dureté ? Flash back : en tournée en 1987, la pop star Tom Jones, alors âgée de 47 ans, croise dans une boîte de nuit un jeune mannequin de 24 ans, Katherine Berkery. Leur love story dure trois jours chrono. Trois mois après le clap de fin, la demoiselle prévient le chanteur de sa grossesse. Lequel répond que piégé, il ne reconnaîtra pas le bébé et qu’il refusera tout contact avec le gamin. En 2008, après des tests en paternité, Tom Jones se voit condamné par la justice à verser à la mère de l’enfant 1900 euros par mois jusqu’aux 18 ans de Jonathan. Autant dire une paille au vu de sa colossale fortune. Ce qui fut fait. Mais depuis sa majorité, no money !
«Je n’ai jamais reçu le moindre coup de fil, la moindre lettre, chèque ou cadeau de Noël», explique au Daily Mail Jonathan, un musicien en galère, hébergé actuellement dans un foyer pour SDF à New-York. «Je ne veux pas qu’il me donne un coup de pouce dans ma carrière... Je veux juste le rencontrer avant qu’il ne soit trop tard, pour parler avec lui de tout et de rien. “ A 77 ans, aujourd’hui veuf, ce mari infidèle, qui s’est longtemps vanté de coucher avec 250 femmes par an, est toujours sous les sunlights : loin de prendre sa retraite, Tom Jones officie comme membre du jury du The Voice british.

Vendredi 19 Janvier 2018

Lu 340 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.