Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Ingmar Bergman
Adaptations sur les planches ou le petit écran, documentaires, publication d'écrits inédits: le centenaire d'Ingmar Bergman en 2018 promet de jeter une lumière neuve sur le cinéaste des ombres intimes décédé il y a dix ans. Le réalisateur suédois, disparu en 2007 à l'âge de 89 ans, aurait fêté ses 100 ans le 14 juillet 2018. La fondation qui porte son nom s'est vu confier la mission de coordonner la multitude d'événements annoncés pour l'occasion. Des mises en scène originales, tirées de son oeuvre publique, vont voir le jour dans le monde entier. Sont attendus des films français, suédois ou allemand sur ce personnage fascinant, tourmenté par l'enfance, les femmes et la mort. Des dizaines de rétrospectives, expositions et conférences sont également programmées. "Ses oeuvres ont fait l'objet d'une soixantaine d'adaptations (au théâtre), vous imaginez!", se réjouit lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP Liv Ullmann, la muse du cinéaste. "Dans un an, il y en aura une centaine, ça veut dire que le monde est fasciné."

Quentin Tarantino
Quand l'affaire a éclaté, il avait parlé de "révélations": le réalisateur Quentin Tarantino, grand ami de Harvey Weinstein, a reconnu avoir été au courant depuis de longues années des agissements du producteur, accusé de harcèlement sexuel et de viols par près de 40 actrices. La police de Los Angeles a également confirmé jeudi avoir ouvert une enquête sur Harvey Weinstein pour une agression sexuelle qui remonterait à 2013, alors que deux enquêtes sont déjà menées sur le magnat du cinéma à New York et Londres. La réaction de Tarantino, un des metteurs en scène les plus renommés d'Hollywood et un des plus proches de Weinstein, était fortement attendue. "J'en savais suffisamment pour réagir plus que ce que j'ai fait", a reconnu le réalisateur multi-oscarisé de 54 ans, dans une interview publiée par le New York Times jeudi. "C'était plus que les rumeurs habituelles, les ragots. Ce n'était pas des “on dit”. Je savais qu'il avait fait plusieurs de ces choses", a-t-il également admis. 

Samedi 21 Octobre 2017

Lu 520 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif